Samsung confirme la baisse de ses résultats au premier trimestre

Samsung Electronics a confirmé mardi la baisse de ses performances opérationnelles au cours des trois premiers mois de 2014, pour le 2e trimestre consécutif. Le numéro un mondial des téléphones portables l'explique par le recul des revenus de sa division mobile.

Comme il l'avait annoncé début avril dans ses prévisions, Samsung a enregistré une baisse de 3,3% de son bénéfice d'exploitation sur la période janvier-mars, sur un an, à 8490 milliards de wons (7,17 milliards de francs).

Ce repli est néanmoins inférieur à celui de 6% enregistré au quatrième trimestre 2013 par rapport au trimestre correspondant de 2012. Il masque par ailleurs une progression de 2,1% par rapport au dernier trimestre de l'année 2013, généralement bon pour les fabriquants de portables qui bénéficient des ventes des fêtes de fin d'année.

Résultat net en hausse de 5,9%

Le chiffre d'affaires global de Samsung Electronics a progressé lors de la période sous revue, de 1,53%, à 53'700 milliards de wons, mais celui de sa division mobile, qui lui a valu sa croissance insolente ces dernières années, a fléchi de 2,5%.

Son résultat net est ressorti à 7570 milliards de wons, en hausse de 5,9%, assez nettement supérieur aux prévisions des analystes, grâce en particulier aux ventes de puces mémoire qui ont bondi de 22,8%, à 6290 milliards de wons.

Samsung a vendu près de 300 millions de smartphones en 2013 et représente près d'un tiers du marché (31%), devant Apple, qui a, lui, vendu moitié moins d'unités (150 millions soit 15,6% de parts de marché), selon une étude du cabinet Gartner.

Marchés saturés

Mais ses marges sont bien moindres que celles d'Apple même si sa marge opérationnelle est à peu près stable sur un an sur les trois premiers mois de l'année, à 19,8%.

Les producteurs de smartphones haut de gamme souffrent de la saturation des marchés matures, en Amérique du Nord et en Europe. Le taux d'équipement y est très élevé et la concurrence très dense avec l'arrivée de nouveaux acteurs comme le chinois Huawei qui proposent des produits de gamme intermédiaire.

/ATS


Actualisé le