Swatch Group tient à la Suisse malgré le franc fort

Le groupe horloger Swatch Group tient à son implantation en Suisse, malgré l'impact négatif persistant de la force du franc. "Le swiss made constitue pour nos montres un devoir", clame son directeur général Nick Hayek dans une interview à la "SonntagsZeitung".

"Le franc suisse continue à être surévalué", explique Nick Hayek dans les colonnes de l'hebdomadaire alémanique. "Beaucoup se sont habitués à cette situation, mais cela est dangereux", avertit-il parce qu'elle empêche le développement de nouveaux produits et la production en Suisse.

Nick Hayek revient par ailleurs sur les conséquences de l'acceptation de l'initiative contre l'immigration de masse, le 9 février dernier, en déplorant un surcroît de bureaucratie. "Les régions et les cantons doivent formuler des propositions de mise en oeuvre", conseille-t-il.

L'industrie horlogère a besoin des frontaliers, ajoute le patron de Swatch Group. A ses yeux, le message de l'initiative vise à freiner l'immigration et non à l'interrompre. C'est pourquoi Nick Hayek en appelle désormais à des solutions "constructives".

/ATS


Actualisé le