Tranche de 2,5 milliards d'euros pour Athènes la semaine prochaine

Le versement d'une nouvelle tranche d'aide de 2,5 milliards d'euros (3,09 milliards de francs) à la Grèce est attendu la semaine prochaine, a indiqué mercredi le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. Cette somme avait été promise à Athènes sous certaines conditions début juillet.

"Les Etats membres de la zone euro ont été informés ce jour par la troïka" des créanciers "que la Grèce avait mis en oeuvre de façon satisfaisante les actions prioritaires requises pour le prochain versement" du programme d'assistance financière, "à l'exception d'une action dont l'adoption par le Parlement grec doit avoir lieu le jeudi 25 juillet", a indiqué M. Dijsselbloem dans un communiqué.

Le 8 juillet, les Européens et le Fonds monétaire international (FMI) avaient donné leur accord pour débloquer une nouvelle perfusion de 6,8 milliards d'euros en faveur de la Grèce, dont 2,5 milliards d'euros versés par la zone euro via son fonds de soutien fin juillet.

Réduction du secteur public

Mais ils avaient posé comme condition la mise en oeuvre de 22 engagements concernant notamment la réduction du secteur public et une réforme du code des impôts. Le parlement grec a voté le 18 juillet la loi sur la fonction publique, dont l'application a débuté cette semaine avec la mise en disponibilité de plusieurs milliers d'agents.

Le vote prévu jeudi d'une loi créant un code de procédure fiscale constituera la dernière étape pour que la Grèce remplisse ses engagements, a indiqué mardi le ministère grec des Finances dans un communiqué.

Banques centrales

La nouvelle aide de 6,8 milliards doit inclure, outre les 2,5 milliards du fonds de soutien de la zone euro, 1,5 milliard que doivent fournir les banques centrales des pays européens en restituant à Athènes des intérêts sur la dette grecque.

A cela doivent s'ajouter 1,8 milliard d'euros du FMI, dont le conseil d'administration doit se prononcer fin juillet, et un milliard provenant à égalité du fonds de secours et des banques centrales en octobre.

/SERVICE


Actualisé le