Van Rompuy demande à Rome "une lutte immédiate" contre le chômage

Le président de l'Union européenne (UE) Herman Van Rompuy a demandé vendredi à Rome "une lutte immédiate" contre le chômage, un problème tel en Italie et dans le sud de l'Europe qu'il sera le thème central du prochain sommet européen fin juin. L'Eurogroupe a de son côté indiqué prévoir une "reprise" en Grèce en 2014.

"La lutte immédiate contre le chômage et plus particulièrement celui des jeunes est essentielle", a déclaré M. Van Rompuy au cours d'une conférence de presse conjointe avec le chef du gouvernement italien Enrico Letta.

"Aujourd'hui, il y a plus de sept millions de jeunes en Europe qui ne travaillent pas mais ne poursuivent pas non plus des études et ne suivent aucun stage de formation", a-t-il ajouté. "C'est un défi politique, économique et social pour nos sociétés. Et c'est un défi que nous devons affronter de toute urgence", a poursuivi le président de l'UE.

Après la France la veille, Rome a annoncé une nouvelle hausse du taux de chômage à 12% de la population active en avril, cette proportion montant à 40,5% chez les actifs de 15-24 ans.

Emploi, formation ou stage dans les quatre mois

Selon M. Van Rompuy, les jeunes devraient avoir "une garantie pour obtenir une offre d'emploi ou une offre de formation ou de stage dans un délai de quatre mois après être devenus chômeurs ou avoir quitté l'école".

Une des possibilités serait d'accélérer la disponibilité des six milliards d'euros prévus par l'UE pour combattre le chômage des jeunes. M. Van Rompuy a évoqué d'autres hypothèses comme une meilleure utilisation des fonds de la Banque européenne d'investissement (BEI) ou une implication majeure des employeurs dans des solutions transfrontalières de stages professionnels.

M. Letta a de son côté téléphoné à la chancelière Angela Merkel, au président François Hollande et au président de la Commission José Manuel Barroso pour leur exprimer son "soutien à l'initiative franco-allemande" de jeudi, portant notamment sur l'emploi. L'Italie n'a cessé de s'enfoncer dans la récession depuis la fin 2011.

/SERVICE


Actualisé le