Vignette: l'OFROU a anticipé un "oui" et engagé du personnel

Avant même le vote sur la vignette autoroutière, l'Office fédéral des routes (OFROU) avait déjà engagé une trentaine de personnes pour préparer la reprise de 400 km de routes cantonales par la Confédération. Cette intégration au réseau national aurait dû être financée par le relèvement du prix de la vignette, balayé dans les urnes le 24 novembre.

Ce personnel a été embauché pour qu'en cas d'acceptation par le peuple, la hausse puisse rapidement être appliquée, a expliqué à l'ats Peter Frey, porte-parole du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). Il confirmait une information parue samedi dans les quotidiens alémaniques "Tages-Anzeiger" et "Bund".

Au total, 34 employés ont été recrutés et la mise en oeuvre du transfert des routes en aurait requis 60, selon les deux quotidiens.

Postes supprimés

Les travaux préparatoires indispensables à un tel projet n'auraient pas pu être réalisés sans ces forces supplémentaires, a ajouté M. Frey. "Il est clair qu'après la décision négative du peuple, ces postes seront supprimés", a-t-il poursuivi.

Les services de Doris Leuthard ont dès lors pris contact avec l'OFROU, ainsi qu'avec l'Administration fédérale des finances pour que cela se passe conformément au droit financier et au droit du personnel. Il s'agit de "garantir une attitude correcte", a souligné le porte-parole du DETEC.

Interrogé par l'ats sur les frais occasionnés par ces engagements, l'OFROU ne souhaite pas s'exprimer pour le moment. "Ces montants ont été arrêtés dans le budget 2012-2013 et approuvés par le Parlement", a indiqué l'office cité dans l'article des deux journaux alémaniques.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus