Zone d'habitation fortement touchée par une pollution près de Viège

Une zone d'habitation proche de Viège, dans le canton du Valais, est fortement touchée par une pollution au mercure qui remonte à près d'un demi-siècle. Plus du quart des parcelles affichent un taux de mercure nettement supérieur aux normes. Leur accès sera interdit pour les assainir.

Les analyses effectuées jusqu'à présent ont concerné 36 parcelles de la zone d'habitation de Turtig, près d'un canal où le mercure a été déversé entre les années 1930 et 1970. Il reste encore une cinquantaine de parcelles à contrôler, a souligné mardi le chef du service de la protection de l'environnement Cédric Arnold.

Les analyses effectuées jusqu'à présent ont montré que 10 des 36 parcelles de la zone d'habitation contrôlée affichent une concentration de mercure supérieure à 5 milligrammes par kilo de terre. Elle atteint par endroits 83 milligrammes. Ces terrains doivent être assainis.

Des interdictions

Pour ces parcelles, le canton a émis une interdiction d'y planter des fruits et légumes et de les consommer. Elles ne peuvent pas être utilisées comme places de jeux pour les enfants. Sur les 14 parcelles moins polluées, aucune interdiction n'a été lancée, mais des recommandations vont dans le même sens.

La santé de la population est un élément central, a déclaré le chef du département de l'environnement Jacques Melly. L'Etat attend les résultats pour fin mars des contrôles des autres parcelles.

Les terres agricoles semblent moins polluées, mais les normes sont aussi plus élevées. Le seuil critique est fixé à 20 milligrammes de mercure par kilo de terre. Une seule parcelle dépasse cette concentration, mais les contrôles seront encore longs. Cédric Arnold chiffre à quelque 280 le nombre de parcelles concernées.

Pas d'intoxication constatée

Entre 1930 et le milieu des années 70, la Lonza a utilisé un cours d'eau pour déverser ses déchets industriels, dont du mercure. Au total, 4,5 tonnes du métal ont pollué la région. Une moitié a contaminé le cours d'eau et ses abords immédiats, un tiers se trouve sur le site industriel de la Lonza. Le solde a pollué les terres.

Actuellement environ 5 % de ces 4,5 tonnes se retrouvent dans le sol de la zone d'habitation.

Les dangers pour la santé venant du mercure à l'état liquide sont pratiquement nuls, a expliqué le médecin cantonal Christian Ambord. Jusqu'à présent, aucun cas d'intoxication au mercure n'a été signalé.

Appel lancé par le groupe

La Lonza comprend l'insécurité que cette situation peut faire naître parmi la population, a déclaré le responsable des sites de Viège de l'entreprise, Raoul Bayard.

Il précise encore qu'actuellement le site chimique ne rejette plus de mercure depuis la mise en place au milieu des années 1970 d'une station d'épuration.

Il plaide aussi pour que les analyses restantes soient effectuées le plus rapidement possible.

Les premiers signes de présence de mercure ont été constatés en 2010 et 2011 lors des travaux préparatoires du chantier de l'autoroute.

Un site internet a été ouvert pour répondre aux questions. La population concernée a été informée mardi soir.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus