Zone euro: la croissance a ralenti au 3e trimestre, à +0,1%

La reprise a montré des signes d'essoufflement en zone euro cet été, en raison d'un ralentissement de l'économie allemande et du repli surprise de l'activité en France. Cette situation ne devrait pas s'améliorer significativement dans un horizon proche.

De juillet à septembre, le produit intérieur brut de la zone euro a progressé de 0,1%, bien moins qu'au trimestre précédent (+0,3%), où il avait officiellement renoué avec la croissance. Après l'embellie du printemps, ce ralentissement était attendu, mais met en évidence combien la reprise est, et devrait rester, fragile.

L'office européen des statistiques n'a pas détaillé les composantes de la croissance, mais les données de plusieurs pays, publiées jeudi, montrent que la perte de dynamisme des exportations a joué un rôle important.

Puissance exportatrice, l'Allemagne a affiché une croissance de 0,3%, contre 0,7% le trimestre précédent, qui avait bénéficié d'un rebond d'activité après un hiver long et froid. Alors que les importations ont continué à croître, les exportations ont fait preuve de peu de dynamisme par rapport au trimestre précédent.

Coup d'arrêt en France

Mais c'est de France qu'est venue la mauvaise surprise: après avoir affiché une croissance de 0,5% au printemps, la deuxième économie de la zone euro a vu son économie flancher au troisième trimestre (-0,1%). En cause notamment: une chute de 1,5% des exportations.

De quoi relancer le débat sur le manque de compétitivité du pays, qui vient de voir sa note dégradée par l'agence Standard & Poor's (à "AA" contre "AA+" auparavant).

Léger mieux en Grèce

Dans le reste de la zone euro, l'Italie a également vu son activité reculer de 0,1% pendant l'été. La troisième économie de la zone euro n'est donc toujours pas sortie de récession, contrairement aux Pays-Bas (+0,1%) et au Portugal (+0,2%).

En Grèce, qui traverse sa sixième année de récession, un léger mieux a été enregistré au troisième trimestre avec un PIB se repliant de 3%, après 3,7% au deuxième trimestre.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus