Zone euro: le PIB en hausse de 0,2% au troisième trimestre

Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro s'inscrit en hausse de 0,2% au troisième trimestre, selon une première estimation d'Eurostat. Une croissance faible, mais meilleure que prévue.

Les analystes interrogés par Dow Jones Newswire tablaient sur une croissance de 0,1%. L'office européen de statistiques a en outre revu à la hausse vendredi la croissance aux premier et deuxième trimestres, à 0,3% et 0,1% respectivement, au lieu de 0,2% et 0% précédemment. Sur un an, le PIB de la zone euro a progressé de 0,8%.

Parmi les grands pays de l'union monétaire, c'est l'Espagne qui tire le mieux son épingle du jeu avec une progression de 0,5%, continuant sur sa lancée après une hausse de 0,6% au trimestre précédent.

La France fait, elle aussi, mieux que la moyenne de la zone euro, avec une croissance de 0,3%, après un recul de 0,1% au deuxième trimestre. Les Pays-Bas enregistrent la même progression que l'ensemble de la zone (+0,2%).

Athènes sort de la récession

La Grèce confirme la vigueur de sa croissance après six ans de récession: elle voit son PIB progresser de 0,7%, après 0,3% au trimestre précédent.

En revanche, la croissance ne dépasse pas 0,1% en Allemagne, première économie de la zone, qui évite de justesse la récession après un recul de 0,1% au trimestre précédent. Quant à l'Italie, elle reste en récession avec un recul de 0,1%, après -0,2% au trimestre précédent.

Dans l'ensemble de l'Union européenne, le PIB a progressé de 0,3% au troisième trimestre et de 1,3% sur un an.

Inflation basse

Dans le même temps, la tendance à une période prolongée d'inflation basse, redoutée par la Banque centrale européenne (BCE), semble se confirmer.

Selon les données publiées par Eurostat, l'inflation s'est légèrement accélérée à 0,4% en octobre, après avoir atteint en septembre son plus faible niveau depuis cinq ans, à 0,3%. Mais elle atteignait 0,7% il y a un an.

Alors que la BCE tablait jusqu'ici sur un rebond au cours des prochains mois, le dernier sondage publié jeudi par l'institution dans son rapport mensuel mise sur une inflation à seulement 0,5% en 2014, 1% en 2015 et 1,4% en 2016. Ce qui est défavorable à la croissance.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus