Les arrêts de Timothy Fayulu n'ont pas suffi

Malgré les exploits répétés dans les buts du jeune Timothy Fayulu, Sion a fini par craquer ...
Les arrêts de Timothy Fayulu n'ont pas suffi

Les arrêts de Timothy Fayulu n'ont pas suffi

Photo: Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Malgré les exploits répétés dans les buts du jeune Timothy Fayulu, Sion a fini par craquer. Les Valaisans se sont inclinés 2-1 contre Lucerne en Super League samedi.

Cette fois-là, Timothy Fayulu ne pouvait rien faire. Lorsqu'à la 84e minute, Varol Tasar a repris d'une superbe volée un corner mal renvoyé par la défense sédunoise, le jeune gardien a été complètement désarmé. Il avait tout fait pourtant pour tenter d'empêcher Sion de subir une quatrième défaite consécutive.

Si Dejan Sorgic avait trouvé le moyen de bien suivre une frappe repoussée à la 72e, Fayulu s'était illustré à maintes reprises tout au long de la partie. Car Fabio Grosso a voulu forcer le destin samedi. Le numéro un habituel Kevin Fickentscher bénéficie d'un statut confortable à Tourbillon, puisqu'on lui reconnaît une capacité à faire beaucoup d'arrêts. De là à faire gagner des points aux Valaisans ? Il faut croire que non, puisque son entraîneur avait choisi de le placer sur le banc contre Lucerne. 'Choix de l'entraîneur', selon la communication officielle.

Du mieux, mais...

Un choix qui aurait très bien pu être payant, au vu des exploits réalisés par Fayulu. Pour son quatrième match en Super League, il a préservé la cage sédunoise plus d'une fois: en remportant son duel devant Yvan Alounga après quatre minutes de jeu, en s'interposant devant un essai de Dejan Sorgic à bout portant ou presque (30e). Ou en enchaînant les parades décisives quand Lucerne s'est montré très pressant en fin de match (devant Ugrinic, Sorgic ou Tasar). Mais c'était avant le superbe geste de Tasar.

Cela ne confortera pas plus Fabio Grosso. Après trois revers à l'extérieur, le coach italien a 'confirmé' à domicile. Même si tout n'a pas été non plus à jeter contre un Lucerne très en forme. Sauf que cela n'a duré qu'une grosse mi-temps, avant que Sion ne craque complètement sous les assauts des joueurs de Fabio Celestini. Car dans la continuité de la défaite 4-2 à Bâle mercredi, il y a une certaine progression, au moins dans la production offensive. Même si c'est finalement sur coup de pied arrêté, Jan Bamert reprenant un corner d'Anto Grgic à la 53e, que Sion a marqué son seul but du match.

Reste qu'il y a une filière prometteuse: passer par l'intérieur du jeu où la complicité technique entre Roberts Uldrikis et les deux milieux Musa Araz et Anto Grgic est réelle. Elle permet d'entrevoir de bonnes choses sur une pelouse qui avait dû être déblayée de la neige tombée dans l'après-midi la pelouse de Tourbillon pour un coup d'envoi retardé d'une demi-heure. Mais pas sûr que cela suffise à sauver encore longtemps le poste de Fabio Grosso: Sion est assuré de finir le week-end à la 9e ou 10e place.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus