Faire mieux avec moins, et cela devrait marcher

Surprenant quatrième à deux points seulement de la première place la saison dernière en National ...
Faire mieux avec moins, et cela devrait marcher

Faire mieux avec moins, et cela devrait marcher

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Surprenant quatrième à deux points seulement de la première place la saison dernière en National League, Genève-Servette doit confirmer. Rien ne sera facile pour les Genevois.

Mais ils disposeront d'un contingent qualitativement encore jamais vu.

L'expression 'faire mieux avec moins' peut parfaitement s'accoler aux desseins genevois. Le club des Vernets a réussi à bien diminuer sa masse salariale grâce à différents échanges et départs, comme ceux de Robert Mayer ou Eliot Antonietti.

Mais l'entraîneur Patrick Emond, en place pour sa deuxième saison, a finalement un problème de riche à gérer: il doit composer deux lignes offensives en pouvant compter sur des joueurs de la trempe de Damien Riat, Eric Fehr, Daniel Winnik, Linus Omark, Tanner Richard, Joël Vermin, Tyler Moy et Noah Rod !

'Ce n'est pas un vrai tourment pour moi, explique Emond. C'est aux joueurs de montrer qu'ils veulent et méritent de la glace.' Alors, trop de chefs et pas assez d'Indiens ? 'Nous avons bien étudié les joueurs que nous avons engagés. Ils ne doivent pas seulement être bons sur la glace mais surtout bien s'insérer dans le vestiaire. Je ne veux pas que les egos troublent la bonne marche de l'équipe.'

L'entraîneur voit arriver la question sur Joël Vermin, affublé d'une mauvaise (usurpée ?) réputation à Lausanne. 'Tous les renseignements que nous avons pris sur lui étaient à son avantage. Je ne crois pas que ce soit un risque de l'avoir engagé.' C'est surtout un sérieux renfort, même si le Bernois doit rattraper le temps perdu: il n'a pu s'entraîner qu'une semaine sur la glace à Lausanne, début août, avant de la retrouver aux Vernets cinq semaines plus tard.

Un club formateur

Toute trace de Chris McSorley avait disparu pour la première fois dans une conférence de presse d'avant-saison, Marc Gautschi ayant pris sa place de directeur sportif. 'Nous restons un club formateur. Nous possédons l'une des équipes les plus jeunes de la Ligue. Non seulement nous incorporons les jeunes, mais surtout nous les faisons jouer. L'an dernier, Patry ou Miranda ont même évolué avec les étrangers', plaide le Bernois, ex-défenseur des Vernets et d'Ambri-Piotta.

Sur le plan économique, Genève-Servette souffre comme les autres de la situation engendrée par le Covid-19. Le président Laurent Strawson a pu toutefois donner des nouvelles rassurantes. Plusieurs sponsors se sont montrés plus généreux que prévu. Avec la baisse des salaires acceptée par les joueurs, le club ne se porte pas trop mal. D'autant que les autorités sanitaires genevoises vont sans doute accepter un plan où les Vernets pourront accueillir deux-tiers de leur capacité en spectateurs. Ainsi, 4100 fans pourront être présents dès le 2 octobre pour la venue de Davos.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus