Avec la pandémie, des JO très différents des précédents

Quasiment pas de spectateurs, pas de festivités, ni d'acclamations et d'accolades: les JO de ...
Avec la pandémie, des JO très différents des précédents

Avec la pandémie, des JO très différents des précédents

Photo: KEYSTONE/EPA/YONHAP

Quasiment pas de spectateurs, pas de festivités, ni d'acclamations et d'accolades: les JO de Tokyo s'annoncent très particuliers à cause de la pandémie de Covid-19 toujours menaçante.

Voici les principales différences par rapport aux précédents Jeux olympiques.

Des cérémonies sobres

Les cérémonies d'ouverture de Rio 2016, Londres 2012 et Pékin 2008 avaient ébloui le monde entier par leur faste, leurs effets spéciaux impressionnants et des chorégraphies impliquant des milliers de participants.

La cérémonie d'ouverture des Jeux de Tokyo, reportés d'un an en 2020, sera 'plus simple et plus sobre'.

Surtout, elles se dérouleront devant très peu de spectateurs: moins de 1000 personnes, triées sur le volet (responsables olympiques, officiels japonais, dignitaires étrangers...), devraient y assister vendredi.

Par ailleurs, le nombre de sportifs prévus au défilé d'ouverture devrait être divisé par deux, soit 6000 environ.

Pas d'accolades ni d'embrassades

Les champions olympiques ne pourront pas embrasser leurs médailles, car le port du masque sera requis sur le podium, comme partout ailleurs, sauf durant les épreuves et entraînements.

Autre crève-coeur, les sportifs devront en théorie se tenir à une distance de deux mètres les uns des autres en dehors de leurs compétitions. Les accolades et embrassades seront donc bannies.

Un public dégarni

les organisateurs ont renoncé dès mars de cette année à accueillir des spectateurs de l'étranger.

Puis, début juillet, face à l'émergence d'une nouvelle vague infectieuse au Japon, un huis clos quasi-total a été décidé pour l'événement.

Les sportifs seront privés de virées touristiques au Japon et devront rester au Village olympique en dehors de leurs lieux d'entraînement et de compétition.

Ni chants, ni acclamations

Le public, qui sera autorisé sur quelques rares sites hors de Tokyo, sera prié d'éviter de chanter et d'acclamer les sportifs, pour éviter de répandre des postillons.

Au nom de la sécurité face au virus, 'l'ambiance festive devra être supprimée' durant les Jeux.

Des ambiances sonores adaptées à chaque discipline seront notamment diffusées en utilisant des sons puisés lors de précédents JO.

Sanctions pour les contrevenants

Les sportifs passeront des tests quotidiens de dépistage du Covid-19.

Les rassemblements et fêtes dans le Village sont théoriquement interdits, y compris la consommation d'alcool en groupe.

Tout participant - sportif ou autre - contrevenant aux restrictions s'exposera à d'éventuelles sanctions, qui pourront aller jusqu'à une disqualification et à une expulsion du Japon.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus