Le centenaire avant la fusion

Le FC St-Imier fête son 100e anniversaire cette année et se prépare à fusionner avec le FC ...
Le centenaire avant la fusion

Le FC St-Imier fête son 100e anniversaire cette année et se prépare à fusionner avec le FC Sonvilier lors de la saison 2020/2021

Grégor Doutaz (à gauche, président du FC St-Imier) et Michel Schafroth (à droite, président du comité d'organisation du centenaire) ont travaillé main dans la main pour fêter dignement les 100 ans de leur club de coeur. Grégor Doutaz (à gauche, président du FC St-Imier) et Michel Schafroth (à droite, président du comité d'organisation du centenaire) ont travaillé main dans la main pour fêter dignement les 100 ans de leur club de coeur.

Le ballon rond roule depuis un siècle sur les pelouses imériennes. Le FC St-Imier fête cette année son 100e anniversaire. Il a dévoilé le programme des festivités jeudi matin. Plusieurs manifestations vont se tenir d’ici à un grand événement populaire le 15 septembre, date de la fondation officielle du club. Les festivités ont même déjà commencé à l’occasion de Saintimania. Président du comité d’organisation de ce centenaire, Michel Schafroth « aimerait qu’il reste dans les mémoires comme un événement populaire et convivial ». Théâtre, matches internationaux M16, soirée officielle et présence des Suisse Legends marqueront ainsi cet anniversaire, alors qu’une plaquette commémorative sortira de presse d’ici cet été.


Une fusion à venir

Fondé officiellement le 15 septembre 1919, le FC St-Imier compte aujourd’hui deux équipes actives, deux équipes seniors et 13 équipes juniors au sein d’un groupement avec le FC Sonvilier. Les deux clubs sont d’ailleurs appelés à fusionner. « On va laisser passer ce 100e et ensuite nous lancerons les démarches », dévoile Grégor Doutaz. Le président des footballeurs imériens veut s’inspirer du FC Tavannes/Tramelan pour réussir cette union. Un mariage qui découle notamment, selon lui, de la multiplication des sports dans la région. Grégor Doutaz ambitionne également de doter le FCSI d’un terrain synthétique. Mais il prévient : « Ce n’est pas pour ces prochains mois ». Patience donc, l’heure est à la fête dans les rangs des footballeurs imériens. /msc

Grégor Doutaz évoque le présent et l'avenir du FCSI