Un groupe de travail va réfléchir au réseau postal du futur

Un groupe de travail devra réfléchir au profil du réseau postal du futur en prenant en compte ...
Un groupe de travail va réfléchir au réseau postal du futur

Un groupe de travail va réfléchir au réseau postal du futur

Photo: Keystone

Un groupe de travail devra réfléchir au profil du réseau postal du futur en prenant en compte les besoins de la population et des entreprises. La ministre de la communication Doris Leuthard l'a constitué afin d'encadrer les débats sur l'accès à ce service universel.

Le groupe de travail sera dirigé par l'Office fédéral de la communication et comprendra des représentants de la Poste, des cantons, des villes et communes, des régions de montagne et de l'Union suisse des arts et métiers (usam), a annoncé mardi le Département fédéral de la communication (DETEC).

Le but est de mieux considérer les besoins des utilisateurs tout en tenant compte de la situation économique de la Poste. Il se basera notamment sur une étude évaluant l'évolution des comportements des consommateurs (individus et entreprises) et les besoins futurs concernant les services postaux et les paiements.

Le Conseil fédéral se basera sur les pistes proposées par le groupe de travail pour décider, d'ici mi-2018, s'il est nécessaire de changer la législation sur la Poste.

Inquiétudes parlementaires

L'instauration de ce groupe de travail survient alors que plusieurs interventions parlementaires ont été déposées récemment. L'annonce en juin des plans de réorganisation du réseau postal a suscité une levée de boucliers sous la Coupole fédérale. Actuellement, 3854 points d'accès sont à disposition de la clientèle.

D'ici 2020, l'ex-régie veut porter ce nombre à plus de 4200. Ce réseau sera réparti en 800 à 900 offices, 1200 à 1300 agences, 1300 services à domicile et 500 à 700 points d'accès complémentaires ou destinés à la clientèle commerciale. Les fermetures d'offices font particulièrement grincer des dents les régions concernées.

La numérisation croissante a d'importantes répercussions sur les activités postales. Le volume des lettres est en baisse depuis des années, de même que les paiements au guichet. Les offices postaux sont toujours moins fréquentés.

Comme la Poste est tenue de couvrir ses coûts, elle est obligée de réagir à cette évolution en adaptant son réseau et en misant sur des modèles moins coûteux, comme les agences et le service à domicile.

/ATS