Un label pour des repas sains à Bienne

A travers son projet « alimentation saine », la ville de Bienne produira des repas sains, bios ...
Un label pour des repas sains à Bienne

A travers son projet «  alimentation saine  », la ville de Bienne produira des repas sains, bios et durables pour les écoles à journées continues et les crèches municipales dès janvier 2023. Ils seront préparés dans les nouvelles cuisines de l'EMS Redern

Le label arbore une carotte souriante pour que les enfants puissent s'identifier. (Photo: Ville de Bienne) Le label arbore une carotte souriante pour que les enfants puissent s'identifier. (Photo: Ville de Bienne)

Une carotte au grand sourire. C’est le dessin du label «  alimentation saine  », créé par la ville de Bienne. Le projet du même nom prend forme: les cuisines seront construites dans l’EMS Redern et fourniront dès janvier 2023 jusqu’à 270'000 repas aux résidents du home, mais également aux jeunes des écoles à journées continues et des crèches municipales. Ce projet veut mettre en avant des repas sains, mais aussi locaux, économiques, durables et produisant moins de déchets. Il a donc été décidé de tout regrouper sous un même label. La directrice de la formation, de la culture et du sport de la ville de Bienne, Glenda Gonzalez-Bassi, nous explique que la carotte, symbole du label, permet de faire comprendre aux enfants ce que signifie une alimentation saine. 

Le projet suit une réglementation stricte, acceptée par la population en septembre 2021. Le responsable des EMS de Bienne, Daniel Stäheli, avance que les produits frais qui rempliront les assiettes seront achetés directement auprès des producteurs biologiques de la région biennoise, dans un rayon maximal de 35 kilomètres. Les repas seront ensuite livrés en véhicules électriques dans des quantités mesurées.

Une alimentation saine et durable qui repose sur des enjeux de transports, mais qui demande aussi que les emballages ne comportent quasiment plus de plastique. Un projet de grande ampleur selon Glenda Gonzalez-Bassi.

Sous ce label «  alimentation saine  », ce sont jusqu’à 270'000 repas qui seront préparés par année. Un gros défi pour le personnel du home, mais qui sera très enrichissant, selon Daniel Stäheli :

Le projet a aussi une importance particulière pour la ville. Pour Glenda Gonzalez-Bassi, il sera possible de garantir un respect des individus à travers le service de ces repas.

Les premiers repas seront donc servis dès la rentrée de janvier 2023 et lanceront un projet qui date déjà de 2015. Retrouvez plus d’informations à propos de ce nouveau label ici. /tch-lyg


Actualisé le

 

Actualités suivantes