Dans les dossiers : cette 5G qui déplaît

Les projets pour implanter des antennes 5G sont de plus en plus nombreux et avec eux, les oppositions ...
Dans les dossiers : cette 5G qui déplaît

Les projets pour implanter des antennes 5G sont de plus en plus nombreux et avec eux, les oppositions

Eric Marchand voudrait que le principe de précaution
s’applique aussi à la 5G. Eric Marchand voudrait que le principe de précaution s’applique aussi à la 5G.

C’est une technologie qui suscite autant de fascination que de méfiance. Les antennes-relais pour la 5G se multiplient à travers le pays depuis quelques années. Les opérateurs vendent une technologie qui permet d’augmenter la vitesse du débit d’internet, de réduire le temps de réaction, de transmettre d’avantages de données et de manière plus fiable. Pourtant, les oppositions au développement de la cinquième génération standards pour la téléphonie mobile sont presque aussi nombreuses. Les détracteurs, eux, craignent notamment les conséquences des ondes 5G sur la santé des gens et sur l’environnement.

Deux projets ont par exemple récemment été déposés à Sonceboz : le premier, vers la gare, le second au lieu-dit « Le Cernil ». Deux projets qui suscitent justement des oppositions. La Matinale s’est penchée sur les raisons de cette levée de buocliers avec Eric Marchand. Le président de STOP 5G, une association qui s’est opposée lors de dépôts de permis à des antennes dans le Vallon de St-Imier, nous explique ce qui lui déplaît dans cette technologie.

/amo-nch


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus