La Braderie, un événement incontournable pour les sociétés locales

Après deux années marquées par la pandémie, la grande fête biennoise est de retour et les associations ...
La Braderie, un événement incontournable pour les sociétés locales

Après deux années marquées par la pandémie, la grande fête biennoise est de retour et les associations et clubs locaux s’en réjouissent. L’événement représente une manne financière non négligeable

Plus de 400 stands attendent les fêtards ce week-end à Bienne. Plus de 400 stands attendent les fêtards ce week-end à Bienne.

C’est un retour particulièrement attendu : la Braderie se tient de vendredi à dimanche soir à Bienne. La manifestation avait été annulée en 2020 à cause de la pandémie et elle s’était déroulée sous une version restreinte en octobre dernier. Cette année, 120'000 à 150'000 personnes sont attendues dans la cité seelandaise. De nombreuses sociétés locales ont également répondu présentes. L’événement reste incontournable pour la plupart des clubs de la ville à l’instar du FC Aurore. Selon son président, Marco Sbriccoli, l’entité s’est associée pour cette édition avec le FC Étoile. « Cela permet de mieux répartir les efforts. Des dizaines de volontaires doivent se relayer au grill et au bar », explique le responsable.

Marco Sbriccoli reconnait que la Braderie constitue une manne financière importante pour le club, soit un peu moins que 10% du budget annuel dans le cas du FC Aurore. « Je ne vous cache pas que cela permet aussi de mettre certaines choses à niveau en interne. Il y a toujours des cartons jaunes à payer par exemple », souligne le président du FC Aurore. Marco Sbriccoli ajoute qu’une Braderie bien réussie peut représenter quelques milliers de francs, ce qui « permet d’acheter des équipements ou de payer des arbitres ».

Marco Sbriccoli : « Cette année, on a essayé une nouvelle formule »

Au total, quelque 450 stands attendent le public pour cette Braderie biennoise. Le chœur d’hommes des Branles-Glottes tient également une guinguette au centre-ville. Comme Marco Sbriccoli, le président du groupe vocal estime que l’aspect financier d’une telle manifestation n’est pas négligeable, d’autant plus après les pertes enregistrées lors de la période Covid. Philippe Siraut précise également que la Braderie permet de retrouver dans un cadre convivial des personnes qui suivent tout au long de l’année le chœur.

Phillippe Siraut : « Ça va être la fête »

La Braderie biennoise se poursuit jusqu’à dimanche soir. Si la musique doit s’arrêter à 3h du matin dans la nuit, la vente de nourriture et de boissons pourra se prolonger jusqu’à l’aube. /alr


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus