« Cette aide permettra que l’on survive »

La coprésidente du HC Bienne, Stéphanie Mérillat, salue les aides à fonds perdu débloquées ...
« Cette aide permettra que l’on survive »

La coprésidente du HC Bienne, Stéphanie Mérillat, salue les aides à fonds perdu débloquées ce mercredi par le Conseil fédéral. Cela pourrait faciliter une décision d’interrompre temporairement le championnat. Du côté du VFM, l'aide est bien accueillie même si elle est relativisée

La coprésidente du HCB Stéphanie Mérillat, ici aux côtés de son homologue Patrick Stalder, est soulagée par cette aide. La coprésidente du HCB Stéphanie Mérillat, ici aux côtés de son homologue Patrick Stalder, est soulagée par cette aide.

Les clubs professionnels ont été entendus. Le Conseil fédéral a annoncé ce mercredi des aides à fonds perdu pour les clubs professionnels et semi-professionnels. Une enveloppe de 115 millions de francs a été débloquée, elle permettra de compenser les pertes en billetterie jusqu’aux deux tiers. Une aide réclamée depuis plusieurs semaines par le monde sportif professionnel. « Cela fait plaisir de voir que notre travail et le spectacle proposé sont reconnus. Cette aide permettra tout simplement que l’on survive. Sans cela, on arriverait à des déficits astronomiques », réagit la coprésidente du HC Bienne Stéphanie Mérillat. Pour son club, le montant de l’aide qui sera calqué sur les recettes de la saison 2018-2019 pourrait dépasser les cinq millions de francs.

Stéphanie Mérillat : « Eviter des déficits astronomiques »

Par ailleurs, les mesures RHT sont à nouveau débloquées pour les travailleurs en contrat à durée déterminée, dont les joueurs font partie. Ces annonces interviennent à deux semaines d'une réunion des clubs de National League et Swiss League pour décider de la suite du championnat. Est-ce une incitation à continuer à jouer ou de nature à faciliter une décision d'interrompre le championnat ? « Le HC Bienne a clairement émis l’envie d’interrompre le championnat un instant. Cela permettrait de jouer éventuellement plus tard dans des patinoires un peu plus remplies, et de minimiser les déficits », plaide Stéphanie Mérillat. Les clubs pourront aussi toujours bénéficier de prêts, déjà en place, à rembourser sur 10 ans.

Stéphanie Mérillat : « Voir si l'on peut envisager une pause »

« Il y a encore du boulot pour le VFM »

Le Volleyball Franches-Montagnes accueille également d’un bon œil cette aide fédérale. Or, son président, Bertrand Faivet, souligne que l’argent des deux tiers des recettes de billetterie ne suffira pas à sauver le club taignon de comptes catastrophiques. A titre d’exemple, il indique que la billetterie ne représente à elle-seule qu’un tiers des recettes d’un match à domicile du VFM. « Vous comprendrez donc qu’un tiers des deux tiers, ça ne fait pas grand-chose », schématise l’homme fort du Volleyball Franches-Montagnes. Bertrand Faivet souhaite que l’arrêt momentané de la compétition – par exemple de maintenant au début de l’année prochaine – soit une piste sérieusement étudiée. /jpi+mle

Bertrand Faivet : « C’est le haut de l’iceberg »

Bertrand Faivet se montre satisfait du geste de la Confédération, mais indique que cela ne suffira vraiment pas (photo : archives). Bertrand Faivet se montre satisfait du geste de la Confédération, mais indique que cela ne suffira vraiment pas (photo : archives).


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus