Marc-Antoine Pouliot fidèle au HCB

Le HC Bienne a reconduit le contrat de l’attaquant québecois pour une saison supplémentaire ...
Marc-Antoine Pouliot fidèle au HCB

Le HC Bienne a reconduit le contrat de l’attaquant québecois pour une saison supplémentaire

Marc-Antoine Pouliot gardera le maillot rouge et jaune la prochaine saison. (Photo : Jonathan Vallat) Marc-Antoine Pouliot gardera le maillot rouge et jaune la prochaine saison. (Photo : Jonathan Vallat)

Le HC Bienne et Marc-Antoine Pouliot poursuivent leur idylle. Le club seelandais de National League pourra encore compter sur son attaquant la saison prochaine. Le contrat du hockeyeur québécois, qui arrivait à échéance ce printemps, a été prolongé jusqu’au 30 avril 2021. L'annonce a été faite lundi. L'aventure de « MAP » à la Tissot Arena a débuté en 2012, lors de son premier exercice en Europe. Le natif de Québec a ensuite transité par Fribourg-Gottéron jusqu’en 2017 et son retour sur les bords du lac de Bienne. Cette saison, le Québecois a inscrit 28 points en 35 matches de championnat régulier malgré une blessure au genou qui l’a tenu éloigné de la glace durant six semaines. 

Martin Steinegger : « Il est encore jeune dans son corps »

« Pas une question de nationalité »

Marc-Antoine Pouliot attirait les convoitises ce printemps, dans la mesure où sa procédure de naturalisation helvétique est en cours. Le HC Bienne comptait-il également sur cet aspect ? « Pas du tout, nous a affirmé son directeur technique Martin Steinegger. Il est très motivé et encore très fit, c’est pourquoi nous l’avons prolongé ». Le club seelandais qui compte aussi sur lui pour apporter son expérience aux jeunes pousses de l’équipe.

Martin Steinegger : « L’âge n’est pas un point négatif pour lui »

Par ailleurs, les trois autres étrangers de l’effectif seelandais ne sont pas encore fixés sur leur sort. L’attaquant suédois David Ullström, l’ailier autrichien Peter Schneider et le défenseur finlandais Anssi Salmela voient leur contrat arriver à leur terme ce printemps. « La période d’incertitude nous pousse à prolonger la réflexion à leur sujet », nous a indiqué Martin Steinegger. /comm-ygo


Actualisé le