Des moyens pour rattraper le retard d’expertises de véhicules

Le Jura doit combler son retard dans les expertises de véhicules. Pour cela, le Gouvernement ...
Des moyens pour rattraper le retard d’expertises de véhicules

 (photo: archives)

Le Jura doit combler son retard dans les expertises de véhicules. Pour cela, le Gouvernement va soumettre au Parlement d’ici la fin de l’année un projet d’investissement de 700'000 francs. Le ministre de l’Environnement, David Eray, nous a expliqué lundi que ce montant vise à équiper une halle supplémentaire au centre d’expertises de Delémont. Le site comprendra deux pistes.

Une somme de 260'000 francs doit par ailleurs être portée au budget pour des ressources d’experts. « Ceci nous permettra d’avoir une capacité supérieure d’expertises dès 2018 et de rattraper le retard sur deux à quatre ans », précise David Eray. Il faut dire que le retard accumulé concerne environ 16'000 véhicules dans le canton. Une fois que la mise à jour atteindra un niveau correct à Delémont, les experts se déplaceront à Porrentruy et Saignelégier.

Les Jurassiens pourront expertiser leur véhicule à Bienne

Le TCS propose aux Jurassiens d’expertiser leur voiture ou moto à Bienne à partir du 1er janvier prochain. La section jurassienne du Touring Club suisse l’a annoncé lundi. Pour le Canton, ça ne change absolument rien. David Eray explique qu’actuellement, les Jurassiens peuvent déjà expertiser leur véhicule à l’extérieur, par exemple à la Chaux-de-Fonds ou à Laufon. Le ministre assure qu’il ne serait d’ailleurs pas étonné que certains Jurassiens fassent déjà leur expertise à Bienne, par exemple à midi, pendant la pause de travail. Il ajoute encore que des Prévôtois ou des Laufonnais passent sur les pistes d’experts à Delémont, pour les mêmes raisons : la proximité et la facilité d’accès proche du lieu de travail. Pourtant, l’Office des véhicules n’arrive pas à suivre avec les voitures et motos jurassiennes. Les véhicules provenant de cantons externes ne posent pas de problèmes selon David Eray : « Il y a toujours un créneau imprévu qui se libère. Ces plages vides sont alors comblées par des garagistes de Moutier ou des citoyens de cantons voisins, de manière à optimiser les pistes». /lbr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus