Philippe Receveur : « L’hôpital de Moutier sera pérenne dans le Jura »

L’avenir de l’hôpital de Moutier est-il assuré en cas de changement d’appartenance cantonale ...
Philippe Receveur : « L’hôpital de Moutier sera pérenne dans le Jura »

Philippe Receveur

L’avenir de l’hôpital de Moutier est-il assuré en cas de changement d’appartenance cantonale ? C’est la question que se posent de nombreux citoyens en vue du vote communaliste. Les Prévôtois doivent dire le 18 juin 2017 s’ils veulent rester Bernois ou rejoindre le canton du Jura, et la pérennité du site hospitalier de la ville est aujourd’hui au cœur des préoccupations.

« Nous sommes tenus à la coopération »

Président du Conseil d’administration de l’Hôpital du Jura, Philippe Receveur est sorti du bois : « Sincèrement, je pense que l’hôpital de Moutier sera pérenne dans le Jura. L’HJU a pris des dispositions ces dernières années pour la spécialisation de ses sites dans des missions bien précises. L’Hôpital du Jura est tout à fait capable d’intégrer un nouveau site. Mais il ne faut pas commettre l’erreur de dire que nous avons un mode d’emploi tout prêt ou que nous avons réfléchi à la place des professionnels concernés. Tout cela doit être pensé dans le cadre d’un partenariat. Aujourd’hui, les notions de qualité et d’économicité font de la santé un marché à l’intérieur duquel il serait illusoire d’imaginer qu’une simple frontière cantonale pourrait offrir des garanties. Nous sommes tenus à la coopération ! C’est ce à quoi nous nous destinons depuis des années avec Berne, malheureusement sans suffisamment de résultats ».

L’hôpital de Moutier appartient aujourd’hui à l’HJB SA, et appartiendrait toujours à cette société anonyme bernoise en cas de rattachement de la ville au Jura. Philippe Receveur : « On est capable de construire une autoroute ensemble, donc j’imagine mal que l’enjeu hospitalier puisse se trouver sans solution à terme. Après le vote communaliste, il appartiendra aux autorités de négocier de la suite, avec la participation des établissements. L’Hôpital du Jura est prêt. S’il y a une volonté, il y a un forcément un chemin. D’autres expériences concluantes se produisent en Suisse dans des projets intercantonaux. Il n’y a aucune contrindication à un succès sur cette voie-là ».

« Aucune frontière cantonale ne met à l’abri »

Dans son avis de droit sur l’avenir de l’hôpital de Moutier, l’expert indépendant Bernhard Rütsche indique que « si les cantons de Berne et du Jura n’arrivent pas à trouver une solution commune pour le site de Moutier, il n’est pas exclu qu’en cas de changement de canton de la commune de Moutier, le canton de Berne ferme le site hospitalier prévôtois, faute d’importance suffisante pour sa politique sanitaire ». Philippe Receveur réagit : « C’est particulièrement clair : si une menace existe, il faut admettre qu’elle viendrait prioritairement du canton de Berne, qui dirait qu’il ne veut plus entretenir cet établissement ! Mais je pense que ce scénario n’est pas crédible. D’un point de vue interrégional, d’un point de vue professionnel, nous avons des rapprochements. Ils se font jour petit à petit. Je vois comme une nécessité de devoir trouver des solutions pour consolider ensemble nos positions respectives. Dans le marché qu’est la santé aujourd’hui, la question de la taille critique est absolument essentielle, et aucune frontière cantonale ne vous met à l’abri ».

Au final, le site hospitalier de Moutier aurait-il meilleure figure dans un canton plutôt que dans un autre ? « On ne peut pas dire que la frontière cantonale n’a pas d’importance et dire ensuite qu’il faut rester à Berne ou venir dans le Jura. La nécessité de coopérer est essentielle ! Ces dernières années, le Jura a appelé de ses vœux une planification hospitalière intercantonale. Pour rappel, Berne s’était initialement déclaré prêt. Or, les pourparlers sont à ce jour assez nourris entre le Jura et Neuchâtel, et je pense que si un des sites de l’HJB devait intégrer le canton du Jura, la dynamique pourrait s’étendre plus facilement à la trilogie Jura-Jura bernois-Neuchâtel », explique Philippe Receveur.

« La peur n’est jamais une bonne conseillère »

Le président du Conseil d’administration de l’Hôpital du Jura adresse ce dernier message : « Aux Prévôtois, je dis que la peur n’est jamais une bonne conseillère. Si on prétend dans certains milieux que l’hôpital va disparaître en cas de changement de canton, je crois tout bonnement que c’est faux ! Ca me paraît au contraire assez impossible. De toute manière, quoiqu’il en soit, personne en Suisse n’a à ce jour pu donner de garanties à aucun établissement. Si on redoute des Jurassiens qu’ils ferment le site de Moutier, il reste quelques mois avant le vote communaliste pour voir si des garanties de pérennité effectives et solides seront données par l’Etat de Berne. Nous n’avons encore pas entendu parler de cela, et c’est normal ! La seule hypothèse plausible pour rester fort à l’avenir, c’est de travailler ensemble ! », conclut Philippe Receveur. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus