Le Conseil-exécutif lance des piques

Le Conseil-exécutif n’a pas perdu la mémoire. Il a répondu lors de sa dernière séance à une ...
Le Conseil-exécutif lance des piques

Cette conférence de presse était la dernière de la DAJ en sa compsition actuelle. De gauche à droite: Le chancelier du canton de Berne, Christophe Auer et les membres de la DAJ Christophe Neuhaus, Philippe Perrenoud et Bernhard Pulver La DAJ, sous son ancienne composition avec Philippe Perrenoud, s'était exprimée le 17 juin lors d'une conférence de presse (archives)

Le Conseil-exécutif n’a pas perdu la mémoire. Il a répondu lors de sa dernière séance à une interpellation de la députée prévôtoise Irma Hirschi. L’élue PSA s’était insurgée suite à la conférence de presse de la Délégation du Conseil-exécutif aux affaires jurassiennes du 17 juin dernier, lors de laquelle la DAJ avait réaffirmé son attachement à Moutier avec des arguments jugés discutables. Selon Irma Hirschi, le Conseil-exécutif donnait des gages aux Prévôtois pour des prestations qu’il aurait lui-même tenté de démanteler ces dernières années : qu’il s’agisse de l’hôpital, de la formation ou encore des postes de travail de l’administration. Le gouvernement bernois répond avoir fait preuve de transparence lors de cette conférence de presse et ne se prive pas de lancer quelques piques.

La première semble s’adresser au Gouvernement jurassien, bien qu’il ne soit pas mentionné expressément. Le Conseil-exécutif indique que son rôle est d’informer le public de ses activités et de créer les conditions d’une libre information de l’opinion. Il ajoute que dans ce cadre, il ne s'est jamais permis d’aller défendre sa position sur le territoire d’autres cantons. Avec cette allusion, difficile de ne pas penser à la venue de Nathalie Barthoulot à Moutier le 23 juin pour les célébrations de l’indépendance du Jura. La ministre jurassienne avait alors rappelé l’attachement de son canton pour Moutier.

Les autres piques, quant à elles, s’adressent directement à Irma Hirschi. Cette dernière demandait notamment « qui du gouvernement bernois ou jurassien avait transféré la préfecture à Courtelary ». Le Conseil-exécutif rappelle à la députée PSA que ce transfert a été décidé par le Grand Conseil, organe dont elle fait partie, et qu’elle a été validée par le corps électoral prévôtois.

Irma Hirschi s’offusquait encore d’une formule utilisée par le gouvernement bernois, qui disait que « Moutier ne doit pas lâcher la proie pour l’ombre ». Le Conseil-exécutif enfonce le clou dans sa conclusion. Il indique que le 17 juin, la DAJ a tenu à montrer les acquis et les certitudes sur lesquels les Prévôtois peuvent s’appuyer pour se forger une opinion. Il réitère ses propos en disant que « tout le reste est incertain et revient à lâcher la proie pour l’ombre, comme dans les fables d’Esope et Jean de La Fontaine ». /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus