La parole aux patients à Bellelay

Une nouvelle méthode pour encourager les patients à s'impliquer davantage. Mardi matin, les ...
La parole aux patients à Bellelay

La parole aux patients à l'hôpital de Bellelay Le Dr Yann Hodé, directeur médical, et Nicolas Racine, directeur des soins, ont répondu à toutes les questions des patients

Une nouvelle méthode pour encourager les patients à s'impliquer davantage. Mardi matin, les services psychiatriques du Jura bernois – Bienne-Seeland (SPJBB) ont donné la parole à leurs patients sous la forme d’un audit des directeurs médicaux et de soins. Le but: encourager les usagers à reprendre le pouvoir de leur vie, à réfléchir, et se mettre en situation active de citoyen.

« Qui sont les actionnaires ? », « comment cela se fait-il que je n’ai pas vu d’autres médecins depuis mon entrée ? », « pourquoi ne puis-je pas faire mes lessives moi-même à l’hôpital, alors que j’en suis capable ? » : les questions, préparées ou non, et les constats des patients fusent mardi matin dans la Grande Salle de l’hôpital psychiatrique de Bellelay. Face à une dizaine de personnes, le docteur Yann Hodé, nouveau directeur médical, et Nicolas Racine, directeur des soins, n’esquivent aucune missive et prennent le temps de répondre à chaque interrogation, allant des soins, aux traitements, en passant par les loisirs et les règles de vie de l’institution psychiatrique. Pour le docteur Yann Hodé, l’idée est simple: « symboliquement, nous voulons leur dire que leur parole compte. En tant que professionnels de la santé, on doit aussi faire selon leurs attentes, sinon on est à côté de la plaque ».

Mettre le patient dans une situation active

Cette initiative est un moyen de soutenir les patients à reprendre le pouvoir de leur vie. « En général, les personnes avec des pathologies mentales se mettent en position de passivité. Les institutions et les soins renforcent aussi cela. On pense à leur place, on fait à leur place, et après dans la vie, on voudrait qu’ils deviennent autonomes et fassent les choses. C’est très compliqué » explique Yann Hodé. Pour corriger cela, les SPJBB ont donc choisi de faire participer les patients à un entretien d'audit de Yann Hodé et Nicolas Racine. Ainsi, quelques jours avant la rencontre, les patients ont été encouragés à réfléchir aux questions qu’ils souhaitaient poser, afin de se faire une opinion des deux directeurs, et surtout se mettre en position active de citoyen.

Un retour important pour le personnel

Un grand nombre de membres du personnel soignant, médical et administratif, est également venu assister à cette séance plénière. « Ce que j'ai entendu des patients, ça ne me surprend pas en tant que directeur des soins, mais ça a toujours une portée plus importante de l'entendre tous ensemble. Cela va nous permettre de construire une psychiatrie moderne qui répond aux besoins du patients » explique Nicolas Racine. Un avis partagé par le Dr Hodé: « on sait un peu ce que veulent les gens, mais quand on nous le pointe, on a plus d'énergie pour le faire ».

Quelle suite pour les demandes?

Les demandes des patients étaient relativement écléctiques et portaient essentiellement sur les activités de la vie quotidienne, comme des thérapies annexes, la possibilité de faire du sport, ou encore des jeux. Pour Nicolas Racine, il est important de laisser de la vie dans un hôpital psychiatrique: « cette vie-là permet de mettre le patient en situation, d'observer, et ainsi de faire le lien avec les symptômes ou les difficultés qu'ils pourraient rencontrer à l'extérieur ».

« Mais pour nous c'est un challenge, notamment par rapport aux décideurs économiques, car par exemple, installer une machine à laver le linge, n'est pas considéré comme une priorité de soins. Et pourtant, si on écoute les patients, c'est le cas. Par conséquent, après une réunion comme celle de mardi matin, il ne suffit pas d'entendre, mais il faut aussi d'agir rapidement » a ajouté le directeur des soins.

Vote finale

L'exercice citoyen s'est conclu par un vote consultatif à bulletin secret, pour savoir si les patients accordent leur confiance au directeur médical et au directeur des soins. Le résultat est plutôt positif: huit oui, 1 non et deux bulletins blancs. Pour le Dr Hodé, pas de doute possible, ce type de réunion sera reconduit. / jefa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus