Ouverture du dernier tronçon de la Transjurane sur sol jurassien

Une page historique se tourne lundi pour l'A16. Trente ans après le premier coup de pioche ...
Ouverture du dernier tronçon de la Transjurane sur sol jurassien

A16

Une page historique se tourne lundi pour l'A16. Trente ans après le premier coup de pioche, la Transjurane est désormais achevée sur territoire jurassien avec l'inauguration à 10h30 du dernier tronçon entre Delémont et la frontière avec le canton de Berne.

Ce tracé de 4,9 km sera inauguré en présence de la conseillère fédérale Doris Leuthard. Les automobilistes pourront emprunter ce tronçon juste après le coupé de ruban. Ils pourront alors relier sans quitter l'A16 Boncourt (JU), à la frontière française, à Court (BE), dans le Jura bernois, en 39 minutes contre 51 à ce jour.

Le principe de la construction d'une route nationale de Boncourt à la Roche Saint-Jean, à la frontière bernoise, a été accepté par les Jurassiens en votation populaire le 7 mars 1982, peu après l'entrée en souveraineté. Le premier coup de pioche a été donné à Saint-Ursanne le 23 septembre 1987.

Pour les autorités jurassiennes, l'achèvement de la Transjurane permet de désenclaver le canton du Jura avec un accès au Plateau suisse et à la France. Elles espèrent aussi qu'il permettra au canton de prendre un nouveau départ et d'intensifier son développement.

 

Attente côté bernois

Mais les automobilistes devront encore patienter quelques mois avant de parcourir l'A16 sur toute sa longueur, soit 85 km entre Boncourt et Bienne. Côté bernois, l'inauguration du dernier chantier entre Court et Loveresse aura lieu le 3 avril 2017.

Le plus grand chantier routier de l'histoire du Jura et du Jura bernois arrivera alors à son terme. Le temps de parcours entre le Plateau et la frontière franco-suisse s'élèvera alors à moins d'une heure.

La Transjurane aura coûté plus de 6,5 milliards de francs. Si l'A16 a coûté cher, c'est parce qu'elle se faufile dans une géographie tourmentée qui a exigé la construction de nombreux ouvrages comme des tunnels, des galeries et des viaducs. Certains percements ont aussi été confrontés à une géologie délicate et instable.

 

Vestiges paléontologiques

Le chantier de la Transjurane a permis la découverte en Ajoie de vestiges paléontologiques exceptionnels. Ce sont plus de 14'000 empreintes de dinosaures et plus de 600 pistes, dont celles très précieuses appartenant à des bébés dinosaures, qui ont été mises au jour.

Il y a 150 millions d'années, la région s'apparentait à une plate-forme marine peuplée de crocodiles et de tortues. Le niveau marin variait régulièrement, laissant alors apparaître des landes de terre émergées, comme en témoignent les milliers d'empreintes fossiles laissées par les dinosaures. /Ats+Sca


Actualisé le

 

Actualités suivantes