Des places pour les mineurs victimes de maltraitance

Vue du Centre éducatif et pédagogique de Courtelary Cinq à six places d'accueil verront le jour dans le Centre éducatif et pédagogique de Courtelary (CEPC) (archives)

Des places d’accueil d’urgence seront créées pour les jeunes francophones du canton de Berne. Le directeur bernois de la santé publique et de la prévoyance sociale, Pierre Alain Schnegg, l’a confirmé récemment au Conseil du Jura bernois et au Conseil des affaires francophones du district bilingue de Bienne. Les deux institutions ont communiqué cette information jeudi matin.

La fin d’une longue attente

Cinq à six places d’accueil verront le jour dans le Centre éducatif et pédagogique de Courtelary (CEPC). Elles permettront de prendre en charge rapidement des mineurs victimes de maltraitance et de leur offrir un suivi socio-éducatif. Il s’agit d’une avancée majeure dans un dossier qui traîne depuis mai 2011. La demande d’une telle structure avait été lancée par le CEPC, puis portée par la plateforme des institutions pour enfants et adolescents du Jura bernois et de Bienne. Le CAF et le CJB se réjouissent de cette annonce et souhaitent la voir mise en œuvre en 2017 ou 2018. Les deux institutions avaient dénoncé le manque avéré de possibilité de placement dans la partie francophone du canton de Berne. Cette situation obligeait le canton à faire appel à des structures d’accueil hors canton, tout en se révélant déstabilisante pour les enfants et coûteuses pour les contribuables.

Une autre structure d’accueil prochainement à l’étude

La Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale a par ailleurs confirmé qu’elle souhaitait réactualiser et adapter la planification qui doit permettre de mieux identifier l’offre et les besoins dans la région. Ce travail doit permettre de faciliter les décisions pour la prise en charge des enfants et adolescents nécessitant des soins, un encadrement ou une formation particulière en raison d’un handicap ou d’un autre trouble. Sur cette base, une étude sera menée pour créer une nouvelle structure d’accueil pour les jeunes de 15 à 25 ans en remplacement du Foyer des jeunes de St-Imier fermé en 2014. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus