Un danger d’avalanche « marqué » rare pour la région

Fait plutôt rare, le danger d’avalanche était marqué ce week-end dans une partie du massif ...
Un danger d’avalanche « marqué » rare pour la région

Coulée de neige en-dessous de la ferme du Chablet (NE). Photographe / copyright :  Grégoire Monnier / jura-nature.ch Coulée de neige en-dessous de la ferme du Chablet. Ce cliché a été pris à tout juste 1'000 mètres d'altitude, samedi 14 janvier 2017. Localisation : pas loin de la route menant de Couvet à La Brévine, dans la forêt entre Prise Sèche et le Mont de Boveresse. (Photographe / copyright : Grégoire Monnier / jura-nature.ch)

Fait plutôt rare, le danger d’avalanche était marqué ce week-end dans une partie du massif du Jura. Une alerte de niveau 3 a été émise samedi par l’Institut pour l'étude de la neige et des avalanches, basé à Davos. Une alerte qui a été levée entre-temps. Les importantes accumulations de neige soufflée qui se sont formées, avec 25 centimètres d’or blanc tombé en montagne en un peu plus d’un jour, explique cette situation.

Le risque d’avalanche concernait la zone située entre la Dôle et le Val-de-Travers et comprenait la Montagne de Boudry et les secteurs du Chasseron et du Creux-du-Van. Si des coulées de neige sont possibles dans la région, elles sont généralement plutôt petites, sur quelques mètres, et se produisent sur les pentes raides. Le danger n’est donc pas le même que dans les Alpes.

Selon Grégoire Monnier, accompagnateur en montagne dans le Val-de-Travers, ce genre d’alerte est peu fréquent dans l’Arc jurassien. Il est toutefois envisageable qu’une telle situation de danger se reproduise dans la région. « Mais cela dépend de la quantité de neige, s’il tombe plus de 20 centimètres en une seule fois, alors c’est possible », précise-t-il. Ce spécialiste de la montagne ajoute qu’actuellement, il n’y a pas de zone à éviter.

Au-delà du risque d’avalanche, un autre danger guette notamment les randonneurs à ski et les amateurs de raquette : la fatigue. Grégoire Monnier explique « qu’il faut prévoir des balades courtes de quatre à six kilomètres car les déplacements dans une couche de neige fraîche et épaisse sont difficiles. Et s’orienter dans la neige n’est pas facile à cause des repères qui sont potentiellement recouverts ». Il est donc conseillé de bien connaître le terrain et de toujours informer une personne du parcours envisagé. /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus