Le canton de Berne fâche les gens du voyage

Pouvoir interdire certains travaux aux commerçants itinérants : c’est ce que souhaite le canton ...
Le canton de Berne fâche les gens du voyage

Pouvoir interdire certains travaux aux commerçants itinérants : c’est ce que souhaite le canton de Berne. Dans le cadre d’une consultation fédérale, il affirme soutenir la modification de l’ordonnance sur le commerce itinérant et demande en particulier d’interdire les travaux de construction, de génie civil et de second œuvre.

Le conseiller d'Etat en charge de l'économie publique, Christoph Ammann, justifie cette position en expliquant avoir rencontré des problèmes ces dernières années, notamment avec les gens du voyage suisses et étrangers. Le gouvernement a constaté que certaines prestations étaient fournies sans les autorisations nécessaires, qu'elles ne respectaient pas toujours les prescriptions en matière de protection de l'environnement et qu'il y avait parfois du travail au noir. De plus, « les consommateurs et consommatrices sont souvent dupés » affirme le communiqué de presse du canton de Berne.

Gens du voyage en colère

Les secteurs d'activités visés par l'exécutif bernois sont justement ceux dans lesquels les gens du voyage sont très actifs. « Moi je trouve ça d'une grande méchanceté, raciste et c'est une nouvelle façon de nous exterminer  », réagit Albert Barras, président de l'association Jenische-Manouche-Sinti, active surtout dans les cantons romands, au Tessin et dans le canton de Berne. Il trouve cela aberrant de la part des autorités de vouloir d'un côté mettre des places à disposition pour les gens du voyage suisses, mais de l'autre de vouloir les empêcher de travailler.

« Maintenant on va écrire au Conseil-exécutif bernois pour qu'ils renoncent à cela car c'est de la discrimination totale. Je vais embarquer toutes les associations de gens du voyage pour qu'on évite que ça se passe comme ça », conclut Albert Barras.

De son côté, Christoph Ammann se défend de cibler les gens du voyage : « Tout le monde peut aller en Suisse et y travailler si on respecte les règles, si on a un contrat de travail cela ne pose pas de problème ».

Les Yéniches et les Manouches sont reconnus en tant que minorité nationale en Suisse. La Confédération s'est engagée à les aider à préserver et à développer leur culture, notamment en mettant à disposition davantage d'aires de séjour et de passage pour leur permettre de pratiquer leur mode de vie nomade. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus