Six raisons pour Moutier de rester bernoise

Moutier doit rester dans le canton de Berne pour au moins six raisons. C’est ce qu’a expliqué ...
Six raisons pour Moutier de rester bernoise

« Moutier-Prévôté » a exposé vendredi ses arguments en vue du vote du 18 juin sur l'appartenance cantonale de Moutier

Le porte-parole de « Moutier-Prévôté », Patrick Röthlisberger (au centre), entouré des co-présidents de « Moutier, j'y tiens! », Virginie Heyer et Jean-Pierre Henggi Le porte-parole de « Moutier-Prévôté », Patrick Röthlisberger (au centre), entouré des co-présidents de « Moutier, j'y tiens! », Virginie Heyer et Jean-Pierre Henggi

Moutier doit rester dans le canton de Berne pour au moins six raisons. C’est ce qu’a expliqué vendredi matin le comité antiséparatiste « Moutier-Prévôté » lors d’une conférence de presse dans la cité prévôtoise, en compagnie du comité de soutien « Moutier, j'y tiens! ». Huit intervenants ont pris la parole à tour de rôle pendant près d’une heure pour faire valoir leurs arguments.

 

Pas grand-chose de nouveau sous le soleil

La plupart des arguments avancés par « Moutier-Prévôté » étaient déjà connus. Le comité a insisté sur l’importance pour la cité prévôtoise de faire partie du deuxième plus grand canton de Suisse et de rester proche du centre urbain de Bienne.

Il a aussi rappelé sa volonté de favoriser la fusion de Moutier avec les communes qui l’entourent, ce qui permettrait de passer le cap des 10'000 habitants et de gagner en poids politique.

A cela s’ajoute l’une des questions chaudes de la campagne, celle de l’Hôpital de Moutier. Le comité martèle que, contrairement à ce qui se dit depuis quelques mois, un oui le 18 juin mettrait rapidement et gravement en danger le site prévôtois de l’HJB.

En ce qui concerne les emplois de l’administration, « Moutier-Prévôté » invite la population à conserver ses acquis, que ce soit en termes de postes ou de caisse de pension, plutôt que de céder aux promesses jurassiennes qui doivent encore être réalisées.

Les jeunes ne sont pas oubliés, par le biais de la formation. Le comité estime que dans ce domaine, Moutier serait perdante en cas de départ.

Enfin, « Moutier-Prévôté » déclare qu’un oui le 18 juin correspondrait à un repli identitaire « francophone » qui n’a plus de sens au XXIsiècle, et qu’il vaut mieux miser sur l’unité du Jura bernois et la multiculturalité qu’offre le canton de Berne.

 

Silence autour des actions à venir

Pour la suite de la campagne, Moutier-Prévôté continuera pour le moment à distribuer des tous-ménages pour diffuser ses arguments. En ce qui concerne des actions plus concrètes ou d’éventuelles manifestations, le président du comité Patrick Röthlisberger explique que des projets sont en cours, mais n’en dit pas plus sur leur teneur. /ast

 

Le commentaire d'Alexandre Steiner

« Nous vous le dirons le moment venu » : cette réponse sonnait comme un mantra vendredi lorsque les journalistes essayaient d’en savoir plus sur la campagne à venir. Pas un mot sur les actions prévues, si ce n’est qu’elles se feront « sur le terrain, au contact du public ».

A voir les regards que s’échangeaient les huit intervenants présents, « nous vous le dirons le moment venu » sonnait plutôt comme « nous ne savons pas encore ». Certains sont même allés jusqu’à remercier un journaliste qui demandait si des concerts ou des manifestations seraient organisés pour mobiliser les jeunes, et d’ajouter « ça peut être une bonne idée à laquelle nous n’avons pas pensé ». Il serait peut-être temps de le faire.

Seule certitude pour le moment, les tous-ménages vont continuer à arriver régulièrement dans les boîtes aux lettres. Pas sûr que cela suffise à mobiliser les indécis.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus