Quatre morts et sept arrestations

Sept personnes ont été arrêtées jeudi en lien avec l'attentat de Londres de mercredi, a indiqué ...
Quatre morts et sept arrestations

Le bilan de l’attaque terroriste s’élève pour le moment à quatre morts

Westminster La voiture-bélier a happé des passants sur le pont de Westminster (Photo LDD).

Sept personnes ont été arrêtées jeudi en lien avec l'attentat de Londres de mercredi, a indiqué la police britannique qui a mené des raids et des perquisitions dans plusieurs lieux. Le bilan a été revu à la baisse: trois morts au lieu de quatre, plus l'assaillant.

Les arrestations ont eu lieu à six adresses différentes, à Londres et Birmingham, dans le centre de l'Angleterre, mais aussi ailleurs dans le pays, a affirmé Mark Rowley, le commandant de l'unité anti-terrorisme dans une déclaration devant Scotland Yard. Les investigations se poursuivent à Birmingham ainsi qu'en d'autres endroits du pays", a-t-il ajouté.

Birmingham est un fief des islamistes britanniques et l'un des auteurs des attentats de Bruxelles et Paris, Mohamed Abrini, y avait séjourné avant les attaques. La piste du "terrorisme islamiste" est privilégiée pour l'attaque à Londres, qui a fait trois morts, outre l'assaillant, et 29 blessés, selon un nouveau bilan, devant le Parlement. M. Rowley a précisé que l'assaillant, qui a été abattu par des policiers, avait agi seul.

Toujours pas revendiqué

M. Rowley a précisé que les victimes étaient une femme d'une quarantaine d'années, un homme d'une cinquantaine d'années et le policer de 48 ans attaqué devant l'entrée du Parlement. Mercredi soir, la police avait fait état de quatre morts, outre l'assaillant.

Un homme barbu vêtu de noir a lancé mercredi en début d'après-midi sa voiture contre la foule sur le pont de Westminster, face à Big Ben, avant de poignarder à mort un policier en essayant de pénétrer dans le Parlement puis d'être abattu. L'acte n'avait apparemment toujours pas été revendiqué jeudi matin.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats-suicides du 7 juillet 2005, revendiqués par des sympathisants d'Al-Qaïda, qui avaient fait 56 morts dans les transports en commun londoniens. /ats


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus