Le Conseil fédéral ne peut rien y faire

Le Conseil fédéral ne peut pas influencer la décision des CFF de fermer une partie de ses points ...
Le Conseil fédéral ne peut rien y faire

Le gouvernement ne peut pas imposer aux CFF un moratoire pour la fermeture d'une cinquantaine de points de vente de billets dans les gares. Il refuse une proposition du Conseil national. L'avenir des guichets de La Neuveville et de St-Imier est plus que compromis

 Le Conseil fédéral ne peut pas influencer la décision des CFF de fermer une partie de ses points de vente de billets.

Le Conseil fédéral n'a pas d'influence sur la décision des CFF de fermer l'année prochaines les 52 points de vente de billets gérés par des tiers. En Suisse romande, les gares de Saint-Imier et de La Neuveville sont concernées.

Le Conseil fédéral a donc rejeté une motion de la commission des transports du National, lui demandant de faire pression sur les CFF pour suspendre le processus jusqu'en 2020. De quoi permettre de trouver des solutions de rechange pour maintenir les points vente gérés par des tiers. Mais le gouvernement estime que la fermeture de certains points de vente est du ressort de l’activité opérationnelle de l’entreprise. Le Conseil fédéral se contente de fixer tous les quatre ans des objectifs stratégiques.

 

Un quart des guichets

En septembre 2016, l'ex-régie fédérale a annoncé vouloir réduire fortement la vente de billets aux guichets. La fermeture de 52 sites gérés par des tiers (Migrolino, Avec, offices postaux) est prévue d'ici au 1er janvier 2018. Ils représentent environ un quart des guichets en Suisse.

La décision des CFF a suscité une grande incompréhension auprès des communes concernées, des cantons et de la population. L'Association transports et environnement a déposé le 22 mars une pétition munie de 32'000 signatures contre la fermeture des points de vente. /gwe-ats


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus