Le Conseil national veut bloquer la fermeture des guichets CFF

La fermeture des 52 points de vente CFF gérés par des tiers, dont deux magasins à St-Imier ...
Le Conseil national veut bloquer la fermeture des guichets CFF

La motion déposée par Manfred Bühler a été approuvée par le Conseil national. Il demande que la Confédération fasse pression sur les CFF pour que la fermeture des points de vente gérés par des tiers soit suspendue

La gare de St-Imier est notamment concernée par cette mesure des CFF La gare de St-Imier est notamment concernée par cette mesure des CFF

La fermeture des 52 points de vente CFF gérés par des tiers, dont deux magasins à St-Imier et à La Neuveville, devrait être suspendue. Le National a accepté mardi par 93 voix contre 79 une motion de sa commission des transports demandant au Conseil fédéral de faire pression sur l'ex-régie fédérale pour bloquer le processus jusqu'en 2020.

En septembre 2016, l'entreprise ferroviaire a annoncé vouloir réduire fortement la vente de billets aux guichets. La fermeture de 52 sites gérés par des tiers (Migrolino, Avec, offices postaux), soit environ un quart des guichets en Suisse, est prévue d'ici au 1er janvier 2018.

Ce délai est beaucoup trop court, a argumenté le conseiller national UDC de Cortébert Manfred Bühler, au nom de la commission. Avec une suspension de trois ans, il restera suffisamment de temps pour mettre sur pied des solutions de rechange ou maintenir des points de vente gérés par des tiers grâce à de nouveaux partenaires des secteurs public et privé.

En tant que fournisseur de service public, les CFF ont une responsabilité particulière envers les usagers, a ajouté Manfred Bühler. Si la moitié des billets ont été achetés en ligne l'an dernier, l'autre moitié est toujours achetée au moyen des guichets, a-t-il argumenté. Il faut penser aux personnes âgées qui préfèrent ce canal. Le moratoire se justifie aussi par le fait que les CFF ont déjà soumis à certains points de vente des offres de dédommagement insuffisantes.

 

Pas l'affaire du Parlement

La décision des CFF de fermer ces points de vente relève de l'activité opérationnelle de l'entreprise. Le Parlement n'a pas à se mêler de ses affaires, a contré la ministre des transports Doris Leuthard.

En tant que propriétaire de l'ex-régie fédérale, le Conseil fédéral lui fixe tous les quatre ans des objectifs stratégiques. Les CFF sont tenus de développer leurs prestations de services en fonction des attentes des clients. Mais les CFF n'ont pas le devoir de maintenir un point de vente dans chaque village, c'est inscrit dans la loi, a souligné la conseillère fédérale.

Et d'ajouter que des discussions sont en cours avec certains de ces sites, notamment en Suisse orientale. « Nous sommes en bonne voie pour trouver des solutions de remplacement d'ici la fin de l'année », a déclaré Mme Leuthard. /ats-mdu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus