Belprahon et Sorvilier : le calme règne

Le vote de ce dimanche 18 juin à Moutier n’a pas fermé la procédure en cours dans la résolution ...
Belprahon et Sorvilier : le calme règne

Après Moutier ce dimanche, les deux communes s’exprimeront sur leur appartenance cantonale le 17 septembre

Belprahon Belprahon, tout comme Sorvilier, choisira son appartenance cantonale le 17 septembre prochain.

Le vote de ce dimanche 18 juin à Moutier n’a pas fermé la procédure en cours dans la résolution de la Question jurassienne. Les projecteurs sont désormais braqués sur Belprahon et Sorvilier, qui se prononceront sur leur avenir institutionnel le 17 septembre prochain.

A Belprahon, lors du vote du 24 novembre 2013 sur la création d’une nouvelle entité regroupant le Jura et le Jura bernois, les résultats avaient abouti à une égalité parfaite : 110 voix contre 110. « En étant à la tête d’une commune à 50-50, je n’ai pas de commentaire à faire », nous a déclaré le maire du village. Michel Leuenberger a simplement pris note du résultat de Moutier, qui a ainsi validé la tenue d’un scrutin à Belprahon. Les autorités de la commune préparent donc depuis ce lundi le vote de septembre. « Je n’ai aucune idée de ce qui va se passer, ni de l’atmosphère qui va régner dans le village d’ici-là. Il n’y a pas eu de grandes discussions à ce sujet jusqu’à présent », nous a encore confié Michel Leuenberger.

 

L’enclave, un frein ?

A Sorvilier aussi, le vote du 17 septembre prochain n’a pas encore fait de vagues. Jean-Marie Koller, Conseiller municipal autonomiste et observateur au Parlement jurassien, nous a glissé qu’il ne se faisait guère d’illusions quant à un avenir jurassien de sa commune. Sorvilier serait une enclave entre Court et la Vallée de Tavannes, et cette perspective pourrait bien être un sérieux frein. Quoiqu’il en soit, les autorités veulent aller au bout de la procédure. Jean-Marie Koller affirme que le Conseil veillera à détendre l’atmosphère si celle-ci venait à se crisper. L’élu rappelle au passage que quatre des cinq membres de l’exécutif communal sont autonomistes. Un maintien de Sorvilier dans le canton de Berne pourrait les inciter à jeter l’éponge. La composition du Conseil changerait donc radicalement lors des prochaines élections.

Le 24 novembre 2013, le « non » l’avait emporté à Sorvilier à 54,1%.  /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes