Les critères pour parler de « canicule »

Les habitants de l’Arc jurassien transpirent actuellement à grosses gouttes à cause du mercure ...
Les critères pour parler de « canicule »

Il faut que le thermomètre indique plus de 34 degrés durant trois jours de suite et qu'il ne descende pas en-dessous de 20 degrés pendant trois nuits consécutives, selon un expert en météorologie

Soleil Le soleil est le roi dans le ciel de l'Arc jurassien depuis plusieurs jours.

Les habitants de l’Arc jurassien transpirent actuellement à grosses gouttes à cause du mercure. Une vague de chaleur a démarré lundi et devrait se poursuivre jusqu’au début de la semaine prochaine. Depuis mercredi et jusqu’à vendredi, on peut même parler de « canicule » d’un point de vue météorologique en Suisse.

 

La signification de « canicule »

Pour évoquer ce terme, il faut remplir deux conditions, selon Nicolas Borgognon, météorologue à MeteoNews. « D’une part, il faut que la température dépasse 34 degrés pendant trois jours de suite. D’autre part, le mercure ne doit pas descendre en-dessous de 20 degrés pendant trois nuits consécutives », affirme-t-il.

Le pic de chaleur actuel s’explique par un fait, d’après Nicolas Borgognon. L’anticyclone situé normalement sur la région portugaise des Açores se trouvait - ces dernières semaines - plus proche de la Suisse. Cela a permis à un vent chaud du Maghreb de remonter en direction de notre région.

Par ailleurs, le météorologue précise que la nuit prochaine sera sûrement une des plus douces de l’année. Le phénomène de canicule devrait se terminer ce week-end, avec notamment un dimanche légèrement moins chaud à 27 ou 28 degrés.

 

Un mois de juin 2017 dans les annales

« C’est exceptionnel. Ce mois de juin 2017 sera un des plus chauds depuis 150 ans ». Ce sont les mots de Nicolas Borgognon. Le météorologue à MeteoNews explique que les températures de ce mois se situent environ trois degrés au-dessus des normes saisonnières. Les quelques jours plus frais prévus à la fin du mois n’y changeront rien, selon lui.

Le scientifique n’a pas de piste pour expliquer cette vague de chaleur. Il constate toutefois une tendance depuis le début des années 2000. Le réchauffement climatique s’est accéléré notamment sur les mois de juin. Depuis un peu plus de 15 ans, seuls deux mois de juin - en 2001 et 2013 - ont terminé en-dessous des normes saisonnières. Sinon, les autres années, la hausse a atteint jusqu’à 2,5 degrés de plus que les standards.

Reste que le record date d’il y a 14 ans. En juin 2003, les températures avaient atteint une moyenne de 6 degrés de plus que les normes saisonnières.

 

Le rappel des recommandations

Dans cette période de fortes chaleurs, on vous fait part de plusieurs recommandations. Il faut s’hydrater en suffisance, éviter les activités physiques aux heures les plus chaudes et surveiller les individus les plus à risques, à savoir les personnes âgées, les enfants et les gens atteints de maladies chroniques. /bbo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus