La correction des eaux du Jura : une affaire en cours

Une exposition itinérante commémore les 150 ans de la plus grande opération d’aménagement fluvial ...
La correction des eaux du Jura : une affaire en cours

Une exposition itinérante commémore les 150 ans de la plus grande opération d’aménagement fluvial jamais réalisée en Suisse

Deux containers s'arrêteront en dix endroits d'Yverdon à Olten. Ils resteront sur les quais de Bienne jusqu'au 2 juillet Comprise dans deux containers, l'exposition « Régions entreLACées » s'arrêtera en dix endroits d'Yverdon à Olten. Elle restera sur les quais de Bienne jusqu'au 2 juillet

De marécage à jardin potager de la Suisse : c’est la transformation qu’a connu le Seeland en un siècle et demi. L’exposition itinérante « Régions entreLACées » revient sur les enjeux de la correction des eaux du Jura : la déviation de l’Aar dans le lac de Bienne par les canaux de Hagneck et de Nidau-Büren en 1891 et l’inauguration du barrage de Port en 1972. Deux containers voyageront d’Yverdon à Olten cet été pour présenter l’histoire et l’avenir de cette entreprise. Le vernissage s’est déroulé à Bienne vendredi en présences d’officiels de la ville, du canton de Berne et de la Confédération.

 

« La correction des eaux du Jura ne connaît aucun Röstigraben »

La correction a été rendue possible par l’intervention de la Confédération, qui en 1867 a accepté de débloquer cinq millions de francs pour l’entreprise. Un projet sur lequel les cinq cantons concernés n’avaient pas réussi à s’accorder jusqu’alors, principalement pour des questions financières. Il fallait protéger la population : les crues de l’Aar inondaient régulièrement le territoire, entraînant pauvreté, famine et malaria.  Aujourd’hui, la correction des eaux est un exemple de collaboration selon Wener Könitzer, ex-préfet de Bienne et responsable de l’exposition : « les Soleurois paient pour les Vaudois, les Vaudois pour les Soleurois, sans problème. »

 

Ménager les gouttes d’eau sans faire déborder le vase

Mais le marais porteur de maladies était aussi un riche écosystème. Si la nature a pâti de la correction des eaux du Jura, elle fait désormais partie des enjeux prioritaires : le changement climatique continuera à défier les neurones des professionnels de l’aménagement du territoire. Entre les intérêts de la nature et de la population, de la pêche et de la navigation mais encore du tourisme, la correction des eaux reste une recherche d’équilibre constante. /sca


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus