Des « Amis biennois » pour casser les préjugés

Bienne donne la parole à sa population pour casser les préjugés. La ville lance aujourd’hui ...
Des « Amis biennois » pour casser les préjugés

La ville de Bienne lance une action de communication pour améliorer son image auprès des pendulaires et des futurs travailleurs

Une vingtaine de personnalités biennoises s'engagent pour casser les préjugés et invitent les citoyens à faire de même. Une vingtaine de personnalités biennoises s'engagent pour casser les préjugés et invitent les citoyens à faire de même.

Bienne donne la parole à sa population pour casser les préjugés. La ville lance aujourd’hui une action pour améliorer son image. Intitulée « Bienvenue à Bienne », elle vise à montrer les aspects positifs de la cité seelandaise aux futurs habitants potentiels. L’objectif est notamment de faciliter le recrutement de personnel qualifié au sein des entreprises, et d’inciter les pendulaires à s’établir à Bienne.

 

Entrer en contact avec Monsieur et Madame Tout-le-monde

Concrètement, des citoyens pourront se proposer pour être des « amis biennois » présentés sur une plateforme Internet. Ils pourront dire ce qu’ils aiment dans leur ville, donner leurs bons plans et répondre aux questions qui leur seront posées par courriel, ou pourquoi pas devant un verre.

 

Casser les préjugés, mission impossible

Selon Gabriel Peisker, l’un des concepteurs de cette action, il est pratiquement impossible de casser les préjugés avec une campagne de publicité traditionnelle. Il estime que donner la possibilité de parler avec de « vrais biennois » facilite les relations de confiances et permet d’augmenter les chances de succès. Le but avoué est d’augmenter de 40% à 60% le taux de succès dans le recrutement de nouveaux collaborateurs.

 

Recrutement lancé

Les futurs « amis biennois » ont jusqu’à mi-octobre pour s’inscrire sur la plateforme. Bienne espère en recruter une centaine. Un film a d’ailleurs été lancé sur les réseaux sociaux et présente une vingtaine de personnalités biennoises qui s’engagent pour cette cause. Cette action coûtera 300'000 francs partagés entre la ville et les milieux économiques. /ast

La vidéo lancée sur les réseaux sociaux:


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus