Un classement place les élus de l'Arc jurassien parmi les moins influents du Parlement

Nos parlementaires régionaux seraient parmi les moins influents sous la Coupole fédérale. C'est ...
Un classement place les élus de l'Arc jurassien parmi les moins influents du Parlement

Nos parlementaires régionaux seraient parmi les moins influents sous la Coupole fédérale. C'est ce qu'affirme un classement publié ce weekend par la SonntagstZeitung

 Les élus de l'Arc jurassien seraient parmi les moins influents à Berne

La SonntagsZeitung a publié ce weekend son classement 2017 sur l’influence des parlementaires fédéraux.

Les élus de l’Arc jurassien se retrouvent en queue de peloton. Ainsi, Manfred Bühler et Denis de la Reussille sont parmi les romands les moins influents. Ils occupent respectivement les 216 et 213e places.

Anne Seydoux-Christe, conseillère aux Etats pour le canton du Jura se démarque et arrive en 26e position. Elle est la septième femme du classement, alors que celles-ci peinent toujours à se faire une place en tête de liste. Il ne nous a pas été possible de joindre Mme Seydoux-Christe.  

Classement de l'influence parlementaire établi par la Sonntagstzeitung :

tableau influence parlementaires 2017 vja

Des critères discutables

Le classement de la SonntagsZeitung s’appuie sur différents critères, tel que la présence médiatique des élus, leur activité en plénum, la qualité de leur réseau hors-parlement ou l’influence qu’ils exercent au sein des groupes parlementaires.  

Contactés par notre rédaction, les politiciens de l’Arc jurassiens avouent ne pas accorder une grande importance à ce genre de classements. Jacques-André Maire, conseiller national neuchâtelois (135e place) dénonce la tendance qu’ont certains élus à déposer un grand nombre de propositions dans le but de gagner quelques places dans les classements.

Le conseiller aux Etats Raphaël Comte appuie sur les spécificités des différentes Chambres : « Ce n’est pas dans la culture du Conseil des États de déposer des interpellations, c’est même plutôt mal vu ».

Pour sa part, le conseiller national du Jura bernois Manfred Bühler ne voit dans ces classements qu’une manière pour les médias de combler le manque d’actualité en période estivale.

Il semble pourtant que les critères retenus par la SonntagsZeitung accordent plus d'importance au qualitatif, comme le nombre de propositions ayant effectivement abouti, ou la participation en commission. D’autres facteurs comme la présence médiatique ou le fait d’occuper des postes honorifiques sont moins pris en compte. /vja


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus