De l’emploi dans l’Arc jurassien franco-suisse

L’OSTAJ, l’Observatoire statistique transfrontalier de l’Arc Jurassien, a recensé diverses ...
De l’emploi dans l’Arc jurassien franco-suisse

L’OSTAJ, l’Observatoire statistique transfrontalier de l’Arc Jurassien, a recensé diverses données sur l’emploi dans la région

Emploi Le nombre d'emplois occupés a augmenté l'an dernier dans l'Arc jurassien franco-suisse (photo: archives).

Tout savoir sur le marché du travail dans l’Arc jurassien franco-suisse. L’OSTAJ vient de publier la deuxième édition de sa brochure annuelle sur le sujet. Le document réalisé par l’Observatoire statistique transfrontalier de l’Arc jurassien dresse un portrait de différents domaines de l’emploi des deux côtés de la frontière franco-suisse en 2016. Les chiffres concernent les cantons de Neuchâtel, du Jura, de Vaud ainsi que la partie Nord du canton de Berne, de même que trois départements français : le Doubs, le Jura et le Territoire de Belfort. La brochure permet de relever des éléments qui touchent au nombre d’emplois, au travail frontalier ou encore au taux de chômage.

 

Nombre d’emplois et frontaliers

Le nombre d’emplois, tout d’abord, a augmenté dans l’ensemble de l’Arc jurassien franco-suisse. La hausse est surtout portée par le secteur de l’intérim, côté français. En Suisse, l’augmentation est également légère et la croissance des emplois du secteur tertiaire compense le repli observé dans l’industrie.

Le nombre de travailleurs frontaliers issus de l’Arc jurassien français, quant à lui, est resté quasiment stable en 2016. Il est même en baisse dans le canton de Neuchâtel, notamment en raison du ralentissement de l’horlogerie. C’est l’inverse dans le canton du Jura avec une hausse mais qui reste inférieure à celle des années précédentes. Un des rédacteurs de la brochure, le chef du Service de statistique du canton de Neuchâtel, précise à ce sujet que « l’augmentation peut être plus marquée dans le secteur tertiaire alors que le nombre de frontaliers a tendance à se stabiliser, voire à diminuer, dans le secteur secondaire ». Globalement d’ailleurs, la croissance du nombre de travailleurs frontaliers issus de l’Arc jurassien français se ralentit depuis plusieurs années sur l’ensemble de la partie suisse de la région. Pour Gérard Geiser, ce phénomène est « totalement dû aux éléments conjoncturels que les cantons peuvent subir par rapport à leur activité économique ». « Le nombre de travailleurs frontaliers dans le secteur industriel a ainsi tendance à diminuer, en raison d’une conjoncture un peu plus compliquée au niveau mondial », poursuit le chef du Service statistique du canton de Neuchâtel.

 

Evolutions contrastées du chômage

Dernier domaine analysé, celui du chômage. Le nombre de personnes sans emplois a globalement diminué dans l’Arc jurassien franco-suisse. Le taux de chômage a reculé en France voisine, dans les trois départements concernés, mais il a augmenté dans la partie suisse de la région, soit dans les quatre cantons. La hausse est particulièrement marquée dans les cantons du Jura et de Neuchâtel. Le premier a connu une augmentation de plus de 10% et le second de 7,7%. La hausse la moins importance est enregistrée dans la partie Nord du canton de Berne avec croissance de 0,5% du taux de chômage en 2016. /fco

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus