Nouveaux soupçons sur le vote de Moutier

Selon nos confrères du Matin Dimanche, l'enquête du Ministère public bernois à la suite du ...
Nouveaux soupçons sur le vote de Moutier

Selon nos confrères du Matin Dimanche, l'enquête du Ministère public bernois à la suite du vote de Moutier, porterait notamment sur une possible manipulation du registre électoral

 Selon nos confrères du Matin Dimanche, l'enquête du Ministère public bernois à la suite du vote de Moutier, porterait notamment sur une manipulation du registre électoral.

La plainte sur laquelle le Ministère public bernois enquête suite au vote du 18 juin à Moutier ne se limite pas à de simples irrégularités. « Le Matin Dimanche » affirme qu’il serait également question de « manipulation » du registre électoral et pas uniquement de vol de matériel électoral. La plainte fait état de déménagements fictifs et des personnes extérieures auraient été enregistrées « à la va-vite » à Moutier, écrit le journal dominical. Selon les milieux judiciaires bernois, la plainte est fondée sur des constatations de personnes privées et des observations de la police. Pour « Le Matin Dimanche », si ces reproches sont confirmés, « l’administration communale, voire les autorités de la cité prévôtoise, pourraient être soupçonnées d’avoir trempé, ne serait-ce que passivement, dans cette affaire de fraude ». Le Ministère public bernois ne fournit aucune information sur le contenu précis de la plainte. Il n’a pas encore été formellement décidé d’ouvrir une procédure.

 

Marcel Winistoerfer balaie les accusations

Le maire de Moutier, Marcel Winistoerfer, réfute de telles accusations de manipulation du registre électoral. Il manifeste son « entière confiance en tous les services communaux et dans le résultat du vote du 18 juin ». « C’est impensable que tout cela ait été manipulé à Moutier », poursuit Marcel Winistoerfer qui ne se formalise pas davantage de ces nouvelles accusations. « Rien ne peut ébranler ma confiance », poursuit le maire de Moutier qui se dit toutefois « étonné » de savoir comment la presse peut avoir tout cela en mains. Marcel Winistoerfer précise encore qu’il faut « laisser la justice faire son chemin » et qu’il a « confiance dans la justice bernoise ». « J’espère que cette dernière pourra nous renseigner dans des délais relativement brefs et nous apprendre que tout cela c’était peut-être un ou deux cas – cela pourrait arriver, je n’en sais rien et je ne l’espère pas – mais jamais dans des proportions qui pourraient inverser le résultat ». /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus