Patrimoine industriel : l’usine Langel à Courtelary, un atelier figé dans le temps

RJB s’intéresse cette semaine au patrimoine industriel du Jura bernois : l’usine Langel, à ...
Patrimoine industriel : l’usine Langel à Courtelary, un atelier figé dans le temps

RJB s’intéresse cette semaine au patrimoine industriel du Jura bernois : l’usine Langel, à Courtelary, est restée dans le même état depuis sa fermeture en 1997

L’usine Langel à Courtelary Le bâtiment de l’usine Langel à Courtelary est resté quasi inchangé depuis sa construction en 1917

« Mon grand-père, Robert Langel, a construit l’usine en 1917 et l’a exploité jusqu’à sa mort en 1958. Mon père, Pierre Langel, a repris la succession et l’a exploitée jusqu’en 1997. Depuis, rien n’a bougé ici, je n’ai pas vidé la poubelle, les mégots de cigarettes sont toujours dans le cendrier, j’ai laissé le lieu dans l’état où il était lorsque le dernier employé a quitté l’usine ». À peine arrivée sur les lieux, Liliane Wernli-Langel pose le décor.

À l’ouverture de la porte de l’atelier, une odeur d’huile emplit les narines, les outils sont posés à portée de mains, des copeaux de métal jonchent encore les machines. La petite-fille de Robert Langel disait vrai : le temps s’est arrêté dans la petite usine. Les employés pourraient reprendre le travail le jour même, tout est là.

Liliane Wernli-Langel avoue ne pas connaître grand-chose à la mécanique, « pas pour les filles », comme lui disait son père à l’époque. Elle est par contre intarissable en ce qui concerne les anecdotes, nombreuses dans cet atelier où vie privée et vie professionnelle s’entrecroisaient. Une certaine fierté est aussi palpable lorsqu’elle explique en quoi consiste le brevet qui a fait la renommée de ses aïeuls.

Aujourd’hui c’est elle qui est propriétaire de l’usine, un héritage parfois empoisonné, admet-elle. Mais elle a toujours refusé d’écouter ceux qui lui conseillaient de lui « foutre le feu ». Liliane Wernli-Langel se définit elle-même comme « une amoureuse inconditionnelle du patrimoine ». Un patrimoine qu’elle veut valoriser et partager avec le plus grand nombre. Dans cette optique, elle a collaboré il y a quelques années avec Mémoires d’Ici à Saint-Imier pour réaliser un film documentaire sur l’usine Langel. Elle propose également des visites guidées du bâtiment, sur inscription, en collaboration avec Jura bernois tourisme et a accueilli des représentations de la visite-spectacle « Le salaire de la Suze ». /lgu

Notre reportage à l'usine Langel :


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus