Les zones 30 km/h compliquent l’accès aux véhicules de service

Le Conseiller de ville UDC Patrick Widmer tire la sonette d’alarme. Il est difficile notamment ...
Les zones 30 km/h compliquent l’accès aux véhicules de service

Le Conseiller de ville biennois Patrick Widmer tire la sonette d’alarme. Il est difficile notamment pour les pompiers de circuler dans les zones 30km/h

De nombreuses zones 30 verront le jour prochainement à Bienne. Leur aménagement prévoit souvent la plantation de dizaines d’arbres. C’est le cas par exemple pour le quartier de l’Avenir et du Bubenberg. Ces zones permettent notamment d’améliorer la qualité de vie, sécuriser et valoriser le périmètre. Toutefois y accéder peut devenir plus difficile pour les véhicules de service(police, ambulances, camions-poubelles), mais surtout pour les véhicules des pompiers en raison de la longueur.

 

Le travail de pompiers se complique

Un problème soulevé par le Conseiller de ville UDC et instructeur sapeur-pompier Patrick Widmer : « les camions doivent zigzaguer. C’est limite au niveau de la place, des rayons d’action et de projection. Les contours sont très serrés et si les automobilistes sont mal parqués, cela empire les choses. Quant aux arbres, selon où ils se trouvent, les pompiers n’ont plus la possibilité d’accéder depuis la rue avec une échelle sur la façade d’un bâtiment ».

 

L'appel

L’élu aimerait donc que les personnes directement concernées par un dossier comme les sapeurs-pompiers ou la police du feu puissent prendre position, afin d’identifier des éléments qui pourraient poser problème comme par exemple l’emplacement d’un arbre.

Actuellement, il est prévu que les directions concernées par un projet se prononcent à travers un rapport.  En l’occurrence, la direction de la sécurité. Contacté par nos soins, le responsable du Département de la sécurité publique, André Glauser, indique veiller aux intérêts des institutions à feu bleu (la police, les pompiers et les ambulances). Par ailleurs, lorsqu’il s’agit de projets de grande envergure, ils sont directement impliqués. C’est le cas par exemple pour la mise en circulation de la branche est de l’A5. La démarche n’est donc pas systématique. Selon André Glauser, une consultation peut avoir lieu lorsque les autorités manquent de connaissance sur le sujet.

La direction des travaux public en charge de la création de zones indique que les arbres sont plantés où les véhicules des sapeurs-pompiers ne sont pas mis en danger. /anl


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus