Lente amélioration pour l’industrie du Jura bernois

Le nouveau baromètre industriel de la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) affiche ...
Lente amélioration pour l’industrie du Jura bernois

Le nouveau baromètre industriel de la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) affiche un léger mieux. Le volume des affaires est en lente augmentation. Une embellie rendue possible par le regain de l’horlogerie suisse et le timide affaiblissement du franc

CEP baromètre Les tendances montrent clairement que la taille des entités a un rôle majeur sur le volume d'affaires

Les signaux positifs se confirment mais ce n’est pas l’euphorie. Les dernières conclusions du baromètre industriel de la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) révèlent que l'embellie constatée depuis le début d'année se renforce. Les anticipations des entrepreneurs de l’Arc jurassien pour ce quatrième trimestre indiquent une hausse du volume d’affaires liée à un regain du secteur horloger et un relâchement de la pression au niveau des effets monétaires. Les petites entreprises de la région sont elles toujours sous pression.

Reste que le niveau des entrées de commandes reste inférieur à celui des années 2013-2015. De plus, le baromètre de la CEP relève que les capacités d’investissement sont basses après « deux ans d’hypothermie généralisée du système de production régional ».

 

Risque de décrochage digital pour les petites PME

Le sondage questionne les entreprises sur leurs mesures en lien avec la digitalisation. Il en ressort que les PME mettent toujours plus de machines et d’équipements en réseau. L’évolution vers le digital se ressent également avec l’intervention à distance des fournisseurs d’équipements et de technologie. La traçabilité des composants et des opérations devient aussi un enjeu primordial de qualité. Enfin, le développement des logiciels concerne surtout la gestion de la chaîne de valeur ou encore le suivi client et les configurateurs en ligne.

Dans ce domaine de la transition numérique, le baromètre laisse apparaître une fracture entre les entreprises capables de mettre en place des solutions propres et les petites sociétés incapables de financer ce passage au digital. La CEP craint un « décrochage digital », qui pourrait à moyen terme mettre en péril ces entreprises, et avec elles, « d’importantes compétences de base du tissu industriel ». /comm- gwe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus