Un deuxième recours à Belprahon

Les recourants estiment que les urnes de vote par correspondance et leur disposition ne permettaient ...
Un deuxième recours à Belprahon

Les recourants estiment que les urnes de vote par correspondance et leur disposition ne permettaient pas garantir la sécurité du vote communaliste de Belprahon. Ils dénoncent notamment une urne trop pleine ainsi qu'une confusion possible avec l'urne des votations fédérales

Belprahon Les recourants estiment que les urnes de vote par correspondance et leur disposition ne permettaient pas garantir la sécurité du vote de Belprahon. (Photo: archives du dépouillement)

Deux citoyens de Belprahon ont déposé un deuxième recours concernant le vote sur l’appartenance cantonale de la commune. Le préfet du Jura bernois Jean-Philippe Marti l’a fait savoir vendredi après-midi. Le 17 septembre dernier, les citoyens de Belprahon avaient choisi de rester bernois par 121 voix contre 114, avec une participation de 97,5 %. Selon les auteurs du recours, ce scrutin « n’a pas eu lieu dans les conditions requises, relativement à la sécurité du vote et aux moyens mis en œuvre afin d’en assurer la régularité ». Ils demandent donc l’annulation du vote et l’organisation d’un nouveau scrutin.

 

Les urnes mises en question

Le recours porte sur les urnes mises à disposition pour le vote par correspondance. Les auteurs jugent inadéquate la proximité entre celle consacrée au vote communaliste du 17 septembre et celle prévue pour les votations fédérales du 24 septembre. L’un d’entre eux indique d’ailleurs s’être trompé d’urne. Les recourants ajoutent avoir constaté à plusieurs reprises que l’urne pour le vote sur l’appartenance cantonale de Belprahon était « bourrée », que des enveloppes dépassaient de son ouverture et qu’il était aisé de les en retirer. Ils auraient même vu des enveloppes déposées sur l’urne en raison de l’impossibilité de les glisser à l’intérieur. Les auteurs relèvent encore que l’urne n’était pas surveillée et qu’elle se situait à quelques pas d’une salle où « un groupe de personnes connues pour leur opinion politique se réunissaient régulièrement pour prendre un café et tenir conversation ». Sur cette base, les recourants estiment « que la régularité du vote de Belprahon n’a pas été assurée et qu’elle est fortement sujette à caution ».

 

Contrôles nécessaires effectués le 17 septembre

En ce qui concerne d’éventuels bulletins glissés dans la mauvaise urne, le responsable des observateurs fédéraux présents sur place le 17 septembre nous avait assurés le jour même que tous les contrôles nécessaires avaient été réalisés. A Belprahon, un bulletin avait d’ailleurs été repêché dans l’urne des votations fédérales avant d’être comptabilisé. /com+ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus