Nouvelle fronde contre les coupes budgétaires

L'association cantonale bernoise d'aide et de soin à domicile s'inquiète des coupes budgétaires ...
Nouvelle fronde contre les coupes budgétaires

L'Association bernoise d'aide et de soin à domicile s'inquiète des coupes budgétaires prévues par le plan d'allégement 2018 du canton de Berne. Elle l'a fait savoir mardi à Berne

   Les coupes budgétaires provoqueraient un manque de financement de 11,5 millions liées à l'obligation de prise en charge, selon l'association.

L’Association cantonale bernoise d’aide et de soins à domicile tire la sonnette d’alarme. Elle a présenté mardi une étude sur les conséquences du programme d’allégement 2018 prévu par le Conseil-exécutif. Ce rapport montre que le surcoût lié à l’obligation de prise en charge a atteint 25,6 millions de francs en 2015, alors que les indemnités cantonales se montent à de 22,1 millions. Ce déficit de financement de 3,5 millions atteindra 11,5 millions de francs si les coupes budgétaires prévues sont validées par le Grand Conseil. Les organisations concernées estiment que les conséquences seraient très lourdes.

Les associations de soins à domicile d’utilité publique sont obligées de fournir des prestations 24h sur 24 lorsqu’elles sont sollicitées par des médecins. Selon le rapport, plus de la moitié de ces interventions sont déficitaires, parce qu’elles sont brèves ou que le temps de déplacement est trop long. Si les coupes budgétaires sont validées, de nombreuses associations plongeraient dans les chiffres rouges, aussi bien dans les régions urbaines que rurales. Il faudrait donc réduire les prestations, avec des conséquences négatives pour les patients et les partenaires des organisations d’aide et de soin à domicile comme les hôpitaux et les médecins. L’association cantonale dénonce des économies en totale contradiction avec la stratégie cantonale qui visent à favoriser « l’ambulatoire avant l’institutionnel ». Elle ajoute que ces coupes se traduiraient par un transfert des coûts à la communauté. /ast

Le directeur de la Santé publique et de la prévoyance sociale, Pierre Alain Schnegg, répondait à ces critiques en direct dans notre journal de 12h15:


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus