Pas d’émetteurs GPS pour traquer les voleurs de vélo

Le Conseil-exécutif bernois ne placera pas de GPS dans les vélos dans le but de traquer de ...
Pas d’émetteurs GPS pour traquer les voleurs de vélo

Le Conseil-exécutif bernois ne placera pas de GPS dans les vélos dans le but de traquer de potentiels voleurs. Le coût d’une telle mesure dépasse son utilité selon l’institution

Des vélos sans GPS. Pas de puces pour les vélos. (Images: archives)

La haute technologie ne sera pas utilisée dans le canton de Berne afin de lutter contre les voleurs de vélo. Un postulat déposé en juin dernier au Grand Conseil bernois par le député de Nidau Philippe Messerli demandait d’équiper certains « vélos appâts » d’émetteurs GPS. Une fois la bicyclette mouchard volée, la police aurait ainsi pu tracer le malhonnête et le démasquer.

 

Trop cher

Cette mesure n’a toutefois pas convaincu le Conseil-exécutif bernois. Bien qu’elle soit déjà utilisée aux Pays-Bas et que son efficacité ait été prouvée, le gouvernement l’a jugée trop onéreuse par rapport à son utilité. Une surveillance constante des appâts demande d’importantes ressources, note le Conseil-exécutif. De la sorte, les unités de police engagées ne le seraient plus ailleurs. Le gouvernement note encore qu’une campagne de sensibilisation ciblée sur les détenteurs de vélos est plus opportune. Une mesure qui est déjà en place et menée « à intervalles réguliers ». La police cantonale bernoise tient en effet des stands et distribue des tracts. En conclusion le Conseil-exécutif a donc décidé d’adopter le postulat et de le classer.

En Suisse, en 2016, seuls 1,7% des cas vols de vélos ont été élucidés. Dans le canton de Berne ce taux monte à 1,8%. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus