Aménagement ferroviaire : Berne veut plus

Pour le canton, le projet d'aménagement ferroviaire de la Confédération est globalement bon ...
Aménagement ferroviaire : Berne veut plus

Pour le canton, le projet d'aménagement ferroviaire de la Confédération est globalement bon, mais il faut y ajouter le Lötschberg, le Grimsel et de nouvelles gares, notamment dans le Jura bernois

Le canton de Berne demande que les aménagements ferroviaires prévus par la Confédération d'ici 2035 soient revus à la hausse. (Photo: archives) Le canton de Berne demande que les aménagements ferroviaires prévus par la Confédération d'ici 2035 soient revus à la hausse. (Photo: archives)

Le canton de Berne ne se satisfait pas du projet d’étape d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire 2030/35. Si le Conseil-exécutif salue et soutient globalement le plan de la Confédération, il demande des ajouts, notamment dans le Jura bernois. Il l'a fait savoir vendredi dans un communiqué.

 

Un projet incomplet et déséquilibré

Pour le gourvenrment bernois, le projet du Conseil fédéral « ne tient pas compte de plusieurs problèmes de congestion déjà prévisible actuellement ». Le canton estime que la demande va fortement augmenter en Suisse romande et qu’il faudrait augmenter le budget prévu en le faisant passer de 11,5 à 12, voire 13 milliards de francs. Berne insiste également pour intégrer l’extension du tunnel de base du Lötschberg dans l’étape d’aménagement 2035, « dont toute la Suisse profitera », ainsi que la partie ferroviaire du tunnel du Grimsel.

 

Une nouvelle gare à St-Imier

Le gouvernement demande par ailleurs la création de trois gares supplémentaires sur son territoire, notamment dans la zone industrielle de La Clef à St-Imier, qualifiée de « secteur important pour le développement à venir du canton ». Enfin, le canton soutient « le développement du trafic longue distance pour atteindre la cadence au quart d’heure sur les liaisons les plus importantes ».

 

D'autres institutions mécontentes

Le Gouvernement bernois n'est pas le seul à critiquer le projet du Conseil fédéral. Le Gouvernement jurassien, la Conférence des transports de Suisse occidentale (CTSO), le comité Liaison directe et le Réseau des villes de l'Arc jurassien exigent une répartition équitable des investissements entre les régions, la réalisation des projets clé défendus par les cantons de Suisse occidentale et la concrétisation rapide de la liaison directe Bâle-Genève via Delémont.

Toutes ces organisations soutiennent une augmentation de l'enveloppe financière prévue dans le plan du Conseil fédéral de 11,5 milliards à 12 ou 13 milliards de francs. /ast-mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus