Le compte client devient obligatoire chez Décathlon Marin

Nouvelle politique commerciale au sein du magasin Décathlon à Marin. Dès le 25 janvier, seules ...
Le compte client devient obligatoire chez Décathlon Marin

Nouvelle politique commerciale au sein du magasin Décathlon à Marin. Dès le 25 janvier, seules les personnes en possession d’un compte client pourront faire des achats dans l’enseigne neuchâteloise

Décathlon Marin met en place un concept de compte client obligatoire pour son magasin de Marin. Une première pour l'enseigne française de ventes d'articles de sport. Décathlon Marin met en place un concept de compte client obligatoire pour son magasin de Marin. Une première pour l'enseigne française de vente d'articles de sport.

Pour pouvoir faire ses emplettes chez Décathlon, un compte client sera désormais obligatoire.

Le leader mondial de ventes d’articles de sport a dévoilé sa nouvelle politique commerciale mardi matin pour son magasin de Marin. Dès le 25 janvier, seuls les possesseurs d’un compte client intitulé MyDecathlon pourront faire des achats en magasin et, comme c’est déjà le cas actuellement, en ligne. Une adresse email sera exigée ou un numéro de téléphone dans le cas où la personne n’a pas de courriel.

 

Magasin-test en Suisse

Le magasin neuchâtelois est « un test labo », comme le mentionnent les responsables de Décathlon à Marin. L’enseigne explique dans son communiqué que ce nouveau concept « a pour objectif de renforcer les liens avec la clientèle, de maximiser notre relation et de valoriser notre expertise tout en relevant encore notre niveau de service et d’offres ».

Décathlon précise qu’il souhaite « donner la parole à ses utilisateurs en leur permettant d’exprimer leurs envies non seulement sur les produits mais aussi sur les directions que l’enseigne va prendre en Suisse ».

La directrice du magasin de Marin, Sarah Bernard, ajoute que les utilisateurs de MyDecathlon sur les réseaux sociaux ont été sondés pour connaître leurs attentes. « Il en ressort que la sécurité des produits est une préoccupation. Le nouveau programme offre la possibilité de joindre le client pour un rappel de produit par exemple. L’objectif premier est de pouvoir l'atteindre, pas forcément à des fins commerciales, puisque le client pourra choisir s’il souhaite être contacté pour apporter des retours. S’il ne le souhaite pas, on le joindra uniquement s’il y a un rappel du produit. Dans un deuxième temps, cela nous permet d’avoir tout le suivi de la garantie de nos produits, dans l’idée de pouvoir échanger ou d’être remboursé. »

 

Prise en otage du client ?

« On espère bien évidemment ne pas faire fuir le client qui viendra sur le site », répond Sarah Bernard au sujet de cette obligation d’avoir un compte pour faire ses achats. « Aujourd’hui, on ne demande qu’une adresse mail pour le contacter en cas de rappel d'un produit ».

Concernant les problèmes de spam, « justement, on a fait en sorte que c’est le client qui demandera s’il veut être contacté ou pas. C’est lui qui cochera s’il désire recevoir la newsletter par exemple, et pas le contraire ».

On peut imaginer qu’avec ce procédé, qui sera peut-être jugé agressif par certains, Décathlon Marin perde des clients. Sarah Bernard réplique : « On est dans l’inconnu et on ne l’espère vraiment pas. Il y en aura peut-être qui ne seront pas en phase avec ce nouveau concept et qui seront déçus et malheureusement n’achèteront pas nos produits. Mais on est plutôt confiant, car, aujourd’hui, environ 90% des clients nous fournissent leurs courriels spontanément sans que cela soit obligatoire ».

 

Procédé inquiétant pour la FRC

Du côté de la Fédération romande des consommateurs, on dénonce ces pratiques. Toutefois, celles-ci sont parfaitement légales, du moment qu'elles sont annoncées. Selon Robin Eymann, responsable politique économique, ce qui est choquant est que le consommateur n’a pas le choix de souscrire ou non à ce compte client.

Alors que certains commerces de détails suisses proposent des cartes de fidélité facultatives, la marque française ne permet pas de réaliser un seul achat sans récolter de données. De plus, il n’y a pas véritablement de contrepartie pour le client, qui ne bénéficie pas d’offres ou de pourcentages, comme dans d'autres enseignes issues du commerce de détail.

Finalement, la FRC s’inquiète aussi de la possible revente de ces informations pour d’autres acteurs commerciaux, une pratique qui est de plus en plus régulièrement effectuée.

 

Non à la revente de données

Dans l'intervalle, Décathlon a déjà réagi concernant les craintes de la FRC en assurant que l’enseigne serait transparente dans la gestion des données de ses utilisateurs. Selon le commerçant : « les données seront stockées pour une durée de 5 ans, et seront supprimées en cas d'inactivité sur cette période. Elles ne seront ni communiquées, ni vendues, ni cédées à des tiers. »

Décathlon rajoute que les informations ne seront utilisées que pour un usage interne. Le magasin assure aussi que : « la récolte de ces données n’a pas pour but de faciliter le démarchage publicitaire. »

 

Projet d'agrandissement en vue

Décathlon prévoit en outre d’agrandir son magasin de Marin. L’enseigne souhaite faire passer sa surface de vente de 2'700 m2 à 3'500 m2 pour étoffer son offre notamment dans les sports de glace. /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus