Une image qui va trop loin ?

Le journal des Églises réformées a déclenché une tempête d’indignation en publiant une image ...
Une image qui va trop loin ?

Le journal des Églises réformées a déclenché une tempête d’indignation en publiant une image afin d’illustrer un dossier sur l’accueil des minorités sexuelles par l’Église

Réformés homosexualité L'image au centre de la controverse. (Image: "Crucifix" de Elisabeth Ohlson Wallin, tirée de www.reformes.ch)

Le journal des Églises réformées du canton de Genève, Vaud, Neuchâtel, Jura et Berne francophone a fait parler de lui. « Réformés », c’est son nom, a publié la semaine passée un dossier sur l’accueil des minorités sexuelles au sein de l’Église. Un accueil qui ne s’est pas très bien passé chez certains lecteurs, notamment ceux de la communauté évangélique. Le dossier est accompagné d’une photo d’art qui représente deux hommes nus entrelacés sur un lit. Leur peau est suante, comme après une nuit torride et l’un des deux personnages a les bras en croix. Résultat, une centaine de courriels de protestations.

 

Un choix assumé

Pour le corédacteur en chef, Gilles Bourquin, l’image n’est pas choquante, mais représente simplement « une vision actuelle et artistique de l’homosexualité ». Il précise que si c’était à refaire, toute l’équipe le referait. « C’est aussi une affaire de génération. Ce sont plutôt des personnes âgées qui réagissent, car elles ne sont pas du tout habituées à de telles représentations et je peux les comprendre. Nous avons un parti pris, celui de choisir des images actuelles. Les peintures de Léonard de Vinci choquaient tout autant à l’époque que cette image choque maintenant. Mais les peintures de la Renaissance figurent aujourd’hui parmi les classiques de l’histoire de l’art et personne ne s’en offusque. Il en sera peut-être de même avec l’image que nous avons sélectionnée dans cinq siècles », conclut Gilles Bourquin.

La publication de cette image controversée aura finalement permis au journal mensuel de gagner en visibilité. Le corédacteur en chef se défend toutefois d’une stratégie en ce sens. /jrg

Gilles Bourquin s'explique:

Nous n’avons pas voulu dire par cette image que le Christ serait homosexuel mais que les homosexuels sont persécutés dans plusieurs pays du monde.

Gilles Bourquin
Corédacteur en chef


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus