Les agriculteurs de la région haussent le ton

La Chambre d'agriculture du Jura bernois dénonce une politique fédérale qui met en danger les ...
Les agriculteurs de la région haussent le ton

La Chambre d'agriculture du Jura bernois dénonce une politique fédérale qui met en danger les exploitants de la région

Cinq agriculteurs candidats au Grand Conseil ont participé à un débat en fin d'assemblée (de g. à droite: Beat Scheidegger (UDC), Jean Siegenthaler (UDC), Marc Tobler (UDC), Michaël Bassin (modérateur), Etienne Klopfenstein (UDC), Tom Gerber (PEV)) Cinq agriculteurs candidats au Grand Conseil ont participé à un débat en fin d'assemblée (de g. à droite: Beat Scheidegger (UDC), Jean Siegenthaler (UDC), Marc Tobler (UDC), Michaël Bassin (modérateur), Etienne Klopfenstein (UDC), Tom Gerber (PEV))

Une politique fédérale et des contraintes cantonales qui fâchent les agriculteurs de la région. Ils se sont réunis vendredi à la salle communale de Péry dans le cadre de l’assemblée générale de la Chambre d’agriculture du Jura bernois. En ouverture, le président Bernard Leuenberger est revenu sur l’année 2017. Il a notamment relevé les caprices de la météo qui ont pesé sur la production fruitière et viticole. Il a également tapé du poing sur la table concernant la politique agricole fédérale.

 

La politique agricole 2022+: un torchon

Les agriculteurs se sont réjouis en septembre dernier de voir que le peuple tenait à la production helvétique, puisqu’ils sont 78 % à avoir accepté l’inscription de la sécurité alimentaire dans la Constitution fédérale. La joie aura toutefois été de courte durée. Selon Bernard Leuenberger, la Confédération n’a absolument pas tenu compte de cette votation pour l’élaboration de la politique agricole 2022+, et il est « scandaleux de sortir un tel torchon », selon ses propres mots.

Pour rappel, cette planification prévoit de réduire, voire supprimer, les mesures de protection douanière sur les aliments importés. La Chambre d’agriculture a l’impression que ce qui intéresse le Ministre Johann Schneider-Ammann, c’est uniquement de signer des accords de libre-échange. Pour Bernard Leuenberger, l’agriculture ne pourra pas s’aligner sur les prix européens et des domaines seront condamnés. Le président de la CAJB demande que ce projet de politique agricole soit renvoyé à son expéditeur, car entamer une discussion sur son contenu donnerait l’impression que les agriculteurs s’engagent sur le chemin de l’approbation.

 

Les fosses à purin de la discorde

Sur le plan cantonal, Bernard Leuenberger s’insurge contre l’Office des eaux et déchets qui va exiger le contrôle d’étanchéité de toutes les fosses à purin qui sont en service. Des contrôles qui devront se faire tous les 10 à 25 ans selon les zones. Il en coûtera 5'000 francs à chaque fois, à la charge des agriculteurs. En plus de ce surcoût, la mesure sera difficile à appliquer dans le Jura bernois car les fosses sont utilisées en continu, les vaches n’étant pas placées en estivage. La CAJB regrette que cette particularité régionale ne soit pas prise en compte.

En seconde partie de journée, une table ronde a réuni cinq agriculteurs de la région candidats au Grand Conseil pour les élections du 25 mars. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus