Moutier: Conseil de ville sous haute tension

Alors qu'ils devaient parler du mieux vivre ensemble, les élus du Conseil de ville ont profité ...
Moutier: Conseil de ville sous haute tension

Alors qu'ils devaient parler du mieux vivre ensemble, les élus du Conseil de ville ont profité de l'occasion pour régler leur comptes en se renvoyant la balle à tour de rôle

Les joutes oratoires ont été mouvementées lundi soir au Conseil de ville de Moutier Les joutes oratoires ont été mouvementées lundi soir au Conseil de ville de Moutier.

Ambiance électrique au Conseil de ville de Moutier. Sa première séance de l’année s’est déroulée dans un climat tendu lundi soir. Les discussions se sont particulièrement enflammées lors du débat sur une motion du groupe Interface, qui demandait au Conseil municipal quelles étaient ses propositions pour réconcilier les deux camps opposés lors de la campagne précédant le vote sur l’appartenance cantonale de la commune. L’exécutif, estimant qu’il ne lui appartenait pas d’engager de telles démarches, proposait de créer un groupe de travail chargé de formuler des propositions. Le projet a été largement refusé.

La discussion sur cette motion a rapidement tourné au règlement de compte. Les orateurs qui se sont succédés à la tribune ont multiplié les pointes à l’adresse de leurs adversaires, virant parfois à l’attaque personnelle. Pour les autonomistes, l’ambiance à Moutier n’a pas changé depuis le vote du 18 juin, et seuls quelques élus revanchards attisent le conflit. Ces propos n’ont pas manqué de faire réagir les antiséparatistes. Le président du PLR, Patrick Röthlisberger, a notamment parlé de « foutage de gueule ». D'autres ont reproché au Conseil municipal de ne pas se sentir plus concerné. Au final, ce pugilat verbal a surtout permis de constater que s’il y a bien un endroit où les relations se sont dégradées ces derniers mois, c’est au sein même du Conseil de ville de Moutier.

Lors de cette séance, le Conseil de ville a par ailleurs libéré un crédit de 120'000 francs pour l’aménagement d’une surface de parcage dans la zone industrielle des Laives, dans le but d’accueillir les visiteurs du SIAMS. Le projet initialement devisé à 210'000 francs devait aussi englober une surface près de la patinoire, mais il a été scindé en deux afin de laisser le temps aux autorités de gérer quatre oppositions déposées par des riverains. Notez encore que le chancelier Christian Vaquin a été réélu pour une période de quatre ans, par 26 voix contre 15 bulletins blancs ou nuls. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus