Les anciens abattoirs en route vers une nouvelle vie

Un projet de réhabilitation se prépare pour les anciens abattoirs de St-Imier. Le Conseil de ...
Les anciens abattoirs en route vers une nouvelle vie

Un projet de réhabilitation se prépare pour les anciens abattoirs de St-Imier. Le Conseil de ville a donné son feu à une mutation en vue de la vente du bâtiment jeudi soir en séance

Le bâtiment des anciens abattoirs de St-Imier n'a été occupé que par quelques projets éphémères depuis 1998 Le bâtiment des anciens abattoirs de St-Imier n'a été occupé que par quelques projets éphémères depuis 1998

Les anciens abattoirs de St-Imier pourraient être transformés en surfaces commerciales. Le Conseil de ville s’est penché sur l’avenir de ce bâtiment emblématique, inscrit au recensement architectural des monuments historiques du canton de Berne, lors de sa séance jeudi soir. Le législatif imérien a approuvé des modifications administratives en vue de la vente à un promoteur vaudois, par 25 voix et une abstention. Seule la fraction PLR a émis quelques réserves. S’ils s’accordent sur l’importance de donner une nouvelle vie à l’édifice, les élus s’inquiètent toutefois d’y voir s’installer des commerces, au détriment des magasins situés le long de la rue principale. L’affectation du bâtiment n’a pas encore été déterminée, le projet pourrait comprendre des bureaux, comme des commerces ou un restaurant par exemple. L’option d’y aménager des appartements a par contre déjà été écartée.

 

Définir les contours du projet avant l’achat

En septembre 2016, les autorités ont entamé des discussions avec la société dom Architecture basée à Morges. Le promoteur a en effet fait part de sa volonté de réhabiliter le bâtiment, qui est quasiment à l’abandon depuis la fermeture des abattoirs en 1998. Il souhaite lancer un concours d’idées, pour disposer du meilleur projet. En raison du coût de cette démarche, et de l’ampleur des travaux de rénovation nécessaires, la Municipalité a accepté de signer un pacte d’emption. Ce qui signifie que le promoteur dispose d’une année pour acquérir le bien immobilier au prix fixe de 450'000 francs, le temps de préparer l’avant-projet et d’estimer les coûts.

Au terme de ce délai d’une année, l’acheteur peut décider de se lancer ou non dans le projet. S’il quitte le navire, les travaux de préparation seront remis à la Municipalité sans contrepartie. Si au contraire, l’achat est effectif, les travaux devront obligatoirement démarrer dans les trois ans et être terminés après six ans, sans quoi, les autorités se réservent le droit de récupérer le bâtiment.

 

Un coup de pouce pour tout le quartier

Les autorités de St-Imier espèrent ainsi redonner vie aux anciens abattoirs, qui n’ont abrité que quelques projets éphémères depuis leur fermeture en 1998, et qui servent surtout de lieu de stockage. Ce projet s’inscrit par ailleurs dans une vision plus large de valorisation du secteur de la gare. Pour rappel, Migros prévoit d’ouvrir une nouvelle succursale dans cette zone. Si ces deux projets sont encore à mettre au conditionnel, la machine lancée il y a plusieurs années par les autorités pour valoriser ce secteur semble finalement se mettre en marche.

 

Autre point à l’ordre du jour

Durant sa séance jeudi, le Conseil de ville de St-Imier a par ailleurs donné son feu vert à l’organisation de la Fête des voisins. La première édition se tiendra le 25 mai et le budget prévu est de 3600 francs. Le but est de mettre sur pied un rendez-vous pour que la population se rencontre, et permettre un partage des diversités culturelles. /mdu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus