Premier cours de permaculture au jardin de la Clef des Champs

Le premier module d’un cours certifié permaculture a été dispensé dimanche à Courgenay au sein ...
Premier cours de permaculture au jardin de la Clef des Champs

Le premier module d’un cours certifié permaculture a été dispensé dimanche à Courgenay au sein du jardin de la coopérative de la Clef des Champs

Permaculture, jardin de la clef des champs, Courgenay Denis Anselmo, jardinier à la coopérative de la Clef des Champs, à côté d'une spirale, exemple d'un aménagement type permaculture.

Le premier cours certifié permaculture a été organisé dimanche à Courgenay. 13 modules auront lieu jusqu’en décembre de cette année. La formation a été mise sur pied par l’Association de Permaculture Arc Jurassien (PAJ) en collaboration avec le Centre romand de formation permacole. Elle se tient principalement au jardin de la Clef des Champs de Courgenay mais aura également lieu aux Pommerats.

La coopérative qui offre des paniers de légumes bio depuis 35 ans a décidé de se tourner vers ce type de culture l’année dernière déjà. Elle se donne dix ans pour y arriver. Le jardinier du lieu, Denis Anselmo, a encore du pain sur la planche. Des haies pour séparer les champs ont été plantées. Au sein de serres, ou « tunnels » comme il les appelle, des lits surélevés ont également été installés. Ces derniers permettent un meilleur drainage. À côté du coin cuisine, une spirale faite de pierres a aussi été montée. La construction permet de cultiver des plantes aromatiques, au sec et au chaud grâce aux cailloux. Reste encore à trouver des solutions pour passablement d’éléments, notamment les limaces…

 

Du monde au portillon

Le cours sur la permaculture affiche complet avec un peu plus d’une vingtaine de participants. Pour y pallier, une autre formation a été organisée. Elle se déroulera à Sonceboz, de mai à novembre de cette année.

Différents intervenants vont se relayer au fil des modules avec des thèmes traités aussi variés que l’écologie, le climat, l’eau, les plantes, le sol ou encore l’habitat. Le but de cette formation est de donner aux participants les bases qui leur permettront ensuite d’entamer une « démarche permaculturelle globale ». Car selon Florian Beuret, l’un des organisateurs du cours, la permaculture ne se limite pas au travail de la terre. « Il y a l’éducation, l’habitat, les relations entre les gens. C’est une approche ou l’on essaye d’être dans la durabilité dans un sens large du terme ».

Le cours qui est ouvert à tout le monde devrait être reconduit pour les années à venir selon les organisateurs. /jrg

 

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus